La première ligne MotoGP, Valentino Rossi, Maverick Vinales et Andrea Iannone, ainsi que les polemen Moto2 et Moto3, Sam Lowes et Romano Fenati, étaient conviés à cette conférence de presse post-qualification du Grand Prix d’Italie 2016.

Afin d’éviter toute interprétation journalistique abusive, nous vous proposons ici une traduction “brute” de l’intégralité des propos de Valentino Rossi.

Valentino, quelle qualification!

“Oui ,c’est quelque chose de fantastique, quelque chose de spécial, un splendide journée, car je suis arrivé ici avec un bon feeling et de bonnes sensations, mais c’était déjà dur depuis hier. Je n’étais pas si mal, mais j’étais juste dans les six ou sept car le Top 10 est très rapide et très rapproché.

Mais aujourd’hui, ce matin, nous avons fait un bon pas en avant et je me sentais mieux, mais j’étais quand même dans les huit, donc rien n’avait changé. Mais durant l’après-midi, nous avons fait un autre pas en avant, et dès les essais libres #4, c’était bien; j’avais une bonne allure et je me sentais bien sur la moto.

Nous avons donc débuté la qualification de façon optimiste, mais vous ne savez jamais. J’ai essayé d’utiliser la bonne stratégie durant cette qualification, en étant au bon endroit au bon moment, et pas comme au Mans où j’avais fait quelques erreurs. Et sur la fin ,j’ai été chanceux puisque j’ai bénéficié de l’aspiration de Maverick, ce qui m’a aidé pour obtenir la pole position. C’est superbe, c’est fantastique au Mugello, car il y a déjà beaucoup de personnes, beaucoup de foules et une super ambiance, et aussi il y a cette météo.

C’est également très important pour la course, car durant les années passées, j’ai toujours beaucoup peiné lors des qualifications j’ai toujours dû partir depuis la seconde ou la troisième ligne, donc partir en pole est très important car i lest difficile de doubler sur cette piste.”

Les températures ont changé entre ce matin et cet après-midi, et ce sera sans doute la même chose demain…

“Oui. Je me sens bien sur la moto, mais nous devons améliorer de petits détails. Concernant les pneus, j’ai essayé le Dur cet après-midi; le feeling n’est pas si mauvais mais l’allure n’est pas assez rapide. Donc je pense plus que j’utiliserai le Tendre, bien qu’il commence à bouger après quelques tours. Donc…
Quoi qu’il en soit, ce sera difficile. La course, ici au Mugello, est toujours très exigeante, physiquement et mentalement, mais y partir depuis la pole position est important.”

Cette année, tous ceux qui sont partis de la pole ont gagné; qu’en pensez-vous et à quoi vous attendez-vous?

“Oui, j’espère que ça va continuer (rires). Mais selon moi, c’était déjà le cas l’année dernière; ceux qui étaient en pole gagnaient souvent les courses. Généralement, en MotoGP, quand vous travaillez bien lors des essais et que vous êtes en mesure d’avoir une bonne allure, c’est également très positif pour la pole position. Mais je ne sais pas. Selon moi, c’est juste le cas et je ne sais pas pourquoi.
(Pour la course), c’est toujours très difficile à comprendre car entre samedi et dimanche, il ya toujours quelque chose qui change. Lors des dernières courses, l’adhérence en course a toujours été un peu plus difficile, tout comme les conditions de piste comparées aux qualifications. Peut-être parce que les Moto2 passent avant nous, et nous arrivons en course avec des conditions de piste différentes. Pour le moment, il est clair que Vinales avait la meilleure allure aujourd’hui, il était un peu plus rapide. Je ne suis pas si mal et Iannone également, comme moi. Mais nous devons nous rappeler que Marquez et Lorenzo sont quatrième et cinquièmes, et ils iront évidemment vite demain. Donc le Top 5 peut gagner demain.”

Le plus célèbre mot de l’année dernière, “biscotto”, est réapparu dans la bouche de Marquez puis Jorge a déclaré qu’il s’agissait d’une stratégie entre vous et Maverick, et que c’était comme de copier à l’école. Vous avez été aidé par Maverick…

“Je copie sur lui, ou il copie sur moi? (sourires)”

Les deux…

“Non. La grande différence, c’est que, l’année dernière, ça c’est passé en course. Cette année, c’est juste en qualification. Pour parler franchement, quand vous êtes en piste, vous essayez toujours de suivre les autres pilotes, et en particulier les nouveaux qui arrivent en MotoGP. Quand j’ai essayé de suivre Vinales pour comprendre la façon dont il pilotait, il n’est pas un pilote qui coupe les gaz, il  continue toujours d’attaquer au minimum pour un tour. Cela est également arrivé de nombreuses fois avec Andrea Iannone, donc quand vous êtes devant, vous devez faire la même chose, non? Il n’y avait rien de programmé avant, mais c’était juste l’occasion, car on attend généralement jusqu’à tard pour ne pas avoir de trafic. Quoi qu’il en soit, je pense aujourd’hui que Maverick ne doit pas être très heureux que j’ai été derrière, car si je n’avais pas fait ce tour, il aurait obtenu la pole position. Au final, c’est vrai qu’il m’a aidé. J’ai copié! (rires)”

3 pilotes VR46 en première ligne en Moto3,  Lorenzo Baldassarri qualifié en première ligne en Moto2 et le professeur en pole; à quel point êtes-vous fier de cette qualification de groupe?

“Oui, le mot exact est que nous sommes très fiers. Honnêtement, je ne m’attendais à autant apprécier, à être un fan de nos pilotes. Durant les derniers jours, en partageant du temps avec les gars, vous ressentez la pression du Grand Prix d’Italie, car le Mugello est le Mugello! Pour tous les pilotes italiens!
Nous sommes très fiers et très heureux de ce résultat, car la pression est parfois difficile à gérer, et dans de nombreux cas, elle est pire plutôt que bénéfique. Dans aujourd’hui, on n’est seulement samedi, mais Romano a fait un superbe travail en qualification et a également entraîné Migno sur une première ligne historique (rires). “Balda” est également en première ligne mais mon frère est également très impressionnant car il est à 0.3 ou 0.4 de la pole position de Sam. Nous sommes vraiment heureux et nous allons essayer de continuer comme ça.”

 

 

Tous les articles sur : Valentino Rossi