Cette conférence de presse pré-événement du Grand Prix d’Australie réunissait finalement Marc Marquez (SPA-Honda), Jorge Lorenzo (SPA-Yamaha), Maverick Viñales (SPA-Suzuki), Andrea Dovizioso (ITA-Ducati), Cal Crutchlow (GBR-Honda), Jack Miller (AUS-Honda) et  Nicky Hayden (USA-Honda).

Comme à notre habitude, nous vous proposons donc une traduction intégrale “brute” des propos de Marc Marquez, sans aucune mise en forme ou déformation journalistique.


Marc, vous êtes maintenant champion du monde et vous vous sentez libéré…

“Oui, bien sûr, c’est une sensation merveilleuse, je me sens bien plus relax. Vous savez, je l’ai déjà dit là-bas, mais je ne m’attendais à y avoir le titre alors qu’il restait  encore trois courses, mais ok. Nous allons maintenant profiter de la dernière partie du championnat, et pour le reste, tout est parfait…”

Quand nous vous avons parlé dimanche à Motegi, vous ne réalisiez pas encore que vous étiez le champion…

“(Rires). Oui, c’était difficile de réaliser car personne ne s’y attendait. La course a été si étrange. Mais finalement, ok, nous sommes déjà revenus (sur terre) car nous planions dimanche. Maintenant tout va bien, y compris la voix car elle était critique après la fête de dimanche (rires). Nous sommes maintenant de retour et prêts à nous concentrer sur ce week-end.”

Il paraît que vous êtes très bon au karaoké…

“(Rires) Nous étions là et nous avons rigolé. Mais oui, c’était très bien, et l’équipe aussi était très excitée car ils ont travaillé vraiment dur cette saison. Et ils méritent ce genre de résultat car ils ont travaillé très dur, plus le fait que c’était sur le circuit à domicile pour Honda; vous pouvez imaginer que le staff japonais était très heureux.”

Pour Phillip Island, on doit attendre la météo…

“Oui, c’est l’un de mes circuits préférés. Nous en profitons beaucoup chaque année, et je me rappelle que l’année dernière, la course de dimanche a été incroyable, avec cette bagarre contre Iannone, Valentino et Jorge. Et, finalement nous avons gagné la course. Nous allons essayer de rééditer cette sorte de course et ce résultat, mais je sais que ce sera difficile car les prévisions météo apparaissent instables, et ici les deux pilotes Yamaha et Viñales sont habituellement très rapides.”

Jack Miller a dit que vous n’étiez pas très bon au cricket…

“(Rires) Car il n’a pas voulu bien m’apprendre (Rires). Non, je ne suis pas très bon. Ce n’est pas populaire en Espagne et je suis meilleur au football. Au final, j’ai essayé mais ce n’est définitivement pas mon sport.”

Pouvez-vous nous raconter ce que vous avez fait depuis Motegi ?

“Une grosse fête dimanche soir. Lundi j’ai dormi et j’ai volé jusqu’à Melbourne. Nous sommes restés une journée à Melbourne et nous avons dépensé un peu d’argent au casino avec Jack (rires). J’ai gagné car j’ai tout mis sur le rouge et j’ai gagné (rires). Mais rien de vraiment particulier, car au final vous fêtez ça mais ma mentalité est que, ok fêtons, mais je ne peux pas oublier que j’ai une autre course ce week-end et que l’on doit rester concentré. Nous aurons le temps de fêter durant l’hiver.”

Qu’est-ce que cela représente pour vous de courir avec Nicky ?

“C’est bien sûr très spécial. C’est très spécial car j’aurai toujours un sentiment particulier envers Nicky et Dani, tous les deux, car je me rappelle que quand j’étais petit et que j’ai eu ma première présentation au team Repsol, j’étais là, dans le stand et il y avait ces deux stars. Je me rappelle que c’était mon anniversaire le même jour et ils m’ont donné un gâteau. Ce sera donc vraiment spécial. Quand j’ai vu cette célèbre photo, où j’avais 15 ans, c’était merveilleux. C’est vraiment bien.”

Tous les articles sur : Marc Marquez