Valentino Rossi n’ayant pas atteint le podium, il a donné sa propre conférence de presse dans hospitality Yamaha pour y aborder tous les sujets, de ses problèmes en course à Fenati… 

Afin d’éviter toute interprétation journalistique abusive, nous vous proposons ici une traduction “brute” de l’intégralité des propos du pilote Yamaha.


Valentino Rossi: “Au final, je ne suis pas content de la quatrième place, car je voulais terminer sur le podium. Toutefois, le week-end dans son ensemble, en particulier la course, a été bon. J’ai terminé à seulement trois secondes de la victoire et pas si loin des Ducati. Personnellement, il est dommage que Lorenzo ait terminé devant. Il était plus rapide et il est parvenu à placer la Yamaha sur le podium. Il est aussi dommage de ne pas avoir été en mesure de me battre pour le podium jusqu’à la fin. Malheureusement, la course a été difficile pour tout le monde. Il était difficile de freiner et il était également de sortir des virages. Je n’avais pas le contrôle à 100% et j’aurais dû prendre trop de risques si j’avais voulu doubler. A chaque fois que j’ai essayé de revenir plus près, j’ai fait quelques erreurs et finalement je termine seulement 4e. Mais c’était un weekend plutôt bon, nous avons bien travaillé et nous avons été compétitifs sur un tracé qui n’était pas fantastique pour notre moto. Nous prenons ces points et nous essaierons d’être plus forts et plus rapides la semaine prochaine à Brno.”

Au test, vous étiez à une seconde de Iannone et là, vous finissez la course à trois secondes. Pouvez-vous l’expliquer?

“Oui, sincèrement, durant le test, j’ai essayé de travailler davantage pour le rythme en course, et, en fait, mon rythme de course était déjà le rythme que j’ai eu en course. Mais finalement, durant la dernière demi-heure, cela dépend aussi de la motivation que vous avez pour prendre beaucoup de risques pour faire un chrono, et cela pour rien. Vous savez, je suis trop vieux pour ce genre de choses (rires).
Mais arriver à trois secondes des Ducati est un très bon résultat, mais malheureusement, Jorge était également devant et je ne suis pas monté sur le podium, ce qui était notre objectif.”

Avez-vous eu des problèmes au freinage ou à l’accélération?

“Oui, durant la course, nous avons essayé d’aider le pneu arrière à aller jusqu’au bout, mais finalement pour faire cela nous avons changé l’équilibre de la moto et j’avais des problèmes avec le freinage car je bloquais l’avant. J’ai essayé d’attaquer à de nombreuses reprises, mais après, je ne freinais plus. Je prenais trop de risques. En restant proches des trois motos, j’ai également eu un problème avec la température des freins. La performance des freins n’était pas 100%, mais le plus gros problème était l’adhérence à l’avant.
Finalement, la course n’a pas été très rapide, également parce que les Ducati s’amusaient durant les premiers tours; je pense que c’était pour économiser les pneus et l’essence, car elles avaient une  bonne marge. Donc on restait toujours là mais à chaque fois elles attaquaient un peu et avaient un petit avantage.
C’est dommage car je voulais essayer de me battre avec mon coéquipier mais il était toujours un peu trop loin.”

Un mot sur Fenati?

“Pour nous, c’est vraiment dommage. Nous ne sommes pas contents, car c’est comme si nous avions perdu une bataille. Fenati est un pilote doté d’une excellent talent et nous voulions parier sur lui pour l’avenir et en Moto2 la saison prochaine, mais malheureusement, nous devons abandonner.”

Huit secondes vous séparent de Marc. Cela vous aidera-t-il pour les prochaines courses?

“Je suis très heureux car j’ai repris 2 points à Marquez et si nous continuons ainsi, je pourrai le battre d’ici une centaine de Grands Prix (rires). Blague à part, c’est un point positif de terminer devant Marquez et nous devons essayer de continuer ainsi. Evidemment, la situation sera différente sur d’autres circuits, mais nous essaierons toujours de rester rapides et de marquer le plus de points possibles. Il est difficile de rattraper beaucoup de points sur Marquez mais le Championnat est très long donc nous devons essayer le maximum, également pour la deuxième place.”

Le pneu arrière Médium n’était pas une option pour vous?

“Alors, à l’arrière, nous avions tous la même chose…”

(ndlr : à cet instant, les journalistes l’informent que Iannone avait un Medium, contrairement aux autres en Dur)

“Non, non, non, ce n’est pas vrai, il avait un dur (arrière) comme tout le monde mais un tendre à l’avant, ce qui pouvait être une option !
(ndlr : les journalistes insistent…)
C’est peut-être une erreur, c’est peut-être une erreur de ma part (rires)” (ndlr: Rossi parle alors de ne pas avoir choisi le tendre avant).

Mais je sais qu’à l’arrière tout le monde avait pris l’option Dur.
La Ducati disposait d’une meilleure gestion de l’usure du pneu arrière durant ce weekend. À la fin de chaque séance, vous pouviez voir leurs pneus dans un meilleur état que le nôtre.
Au sujet du pneu avant, j’étais ouvert pour le tendre, car le tendre arrière n’était pas une option, il n’aurait pas été possible d’arriver à la fin. À l’avant, le tendre aurait pu être une bonne option pour la course, car il aurait pu aider depuis la première ligne. Mais malheureusement nous avons choisi le K (medium) et c’est ainsi.”

Tous les articles sur : Valentino Rossi