Cette conférence de presse pré-Grand Prix de République tchèque réunissait Marc Marquez, Valentino Rossi, Jorge Lorenzo, Hector Barbera, Eugene Laverty et Cal Crutchlow. Vous pouvez en retrouver notre résumé ici.

Comme à notre habitude, afin d’éviter toute interprétation journalistique abusive, nous vous proposons une traduction “brute” de l’intégralité des propos de Valentino Rossi.


Une belle course l’année dernière, mais un circuit exigeant…

“Je pense que ce circuit est l’un des plus difficiles pour moi durant la saison. Au début, en 2010, je n’étais malheureusement pas ici à cause de mes blessures au Mugello, et j’ai eu beaucoup beaucoup de difficultés lors des deux années avec Ducati; j’étais très lent. Donc le feeling à propos de cette piste n’était pas fantastique. Il est devenu mieux, année après année, mais je pense qu’il est l’un des plus longs, des plus rapides et des plus difficiles de la saison. L’année dernière, c’était une super victoire et c’était fantastique, mais c’était sous la pluie, car sur le sec je n’étais pas si mal mais Marquez et Lorenzo étaient un peu plus rapides que moi. On doit donc essayer de continuer à s’améliorer, essayer de comprendre les petits secrets et les petites astuces de la piste, et essayer d’être fort dans toutes les conditions.”

Vous préférez rouler sur le sec mais vous avez été bon ici sous la pluie. Un choix difficile…

“Oui, vous savez, lors des dernières années, j’ai toujours été assez fort sous la pluie, mais personnellement, et comme, je crois, la majorité des pilotes, je préfère le sec car vous savez plus ce qui peut se passer, et c’est également plus amusant de piloter sur le sec. On essaie donc de rester concentré, comme cela a bien fonctionné lors des deux dernières courses, et arriver prêt pour dimanche, et je pense qu’on peut se battre pour le podium.”

Vous avez essayé un nouveau châssis à Brno et vous en étiez content. Allez-vous l’utiliser ici?

“Oui. Le test de lundi à Brno a été très positif pour moi, je me sentais bien sur la moto et j’avais un plutôt bon rythme et je m’amusais aussi. Nous avons quelques nouvelles choses, des bras oscillants différents, et différents châssis. A Brno, j’ai eu un bon feeling mais nous devons confirmer demain et nous l’utiliserons demain, et  j’essaierai de comprendre lors des essais si la réalité est également meilleure ici à Silverstone.”

Concernant le championnat, la situation est-selle similaire à quand vous aviez rattrapé beaucoup de points sur Hayden?

“La situation était similaire en 2006 quand j’avais un gros retard sur Nicky car j’avais été malchanceux et avais eu quelques problèmes avec les pneus, et, je crois que j’avais cassé un moteur à Laguna Seca… Mais quoi qu’il en soit, je pense que j’avais moins de désavantage que maintenant, car j’étais peut-être à 40 et quelques…
Mais vous savez, chaque saison est différente, et récupérer ce nombre de points sur Marquez est très difficile. Je dois juste me concentrer sur moi, sur le travail durant le week-end, sur la moto, sur l’équipe, et essayer de faire le maximum, essayer de faire de bonnes courses, essayer de marquer beaucoup de points, d’arriver sur le podium, essayer d’être aussi fort que dans la première partie de saison, mais rapporter plus de points avec moins d’erreurs, essayer de comprendre les bons choix, et ensuite, nous verrons à la fin. Mais nous pouvons de toute façon apprécier, nous avons sept courses et ce que je préfère c’est de me battre, pour le podium, pour la victoire, et nous verrons pour le championnat.”

Vous avez dit que vous payez maintenant les gros efforts que vous avez faits l’année dernière…

“L’année dernière a été une saison très exigeante, en particulier la seconde partie, mais en réalité toute la saison depuis le début, mais nous nous sommes battus pour chaque point. Vous devez donner le maximum à chaque fois que vous prenez la piste, sans faire la moindre erreur, car nous savons que c’était très serré jusqu’à la fin. L’année dernière, finir comme ça, perdre comme ça, était difficile, en particulier cet hiver, et pour la préparation de ce championnat. Cette année, j’ai aussi fait quelques erreurs, trop d’erreurs durant les courses. C’est aussi pour ça, car vous essayez de courir avec plus d’ouverture d’esprit et parfois c’est plus facile, et vous gagnez, mais d’autres fois vous pouvez faire plus d’erreurs. Mais à coup sûr, une saison comme celle de l’année dernière, où vous perdrez finalement après ces efforts, en ce sens, ce n’est pas fantastique pour la prochaine.”

Que voulez-vous dire par avoir de l’ouverture d’esprit? Prendre plus de risques, ne pas penser au championnat?

“Avant tout, je pense qu’il est plus facile de faire des erreurs cette année avec ces nouveaux pneus pour tout le monde. L’année dernière, les Bridgestone avaient quelques autres problèmes, sur certains circuits ils étaient pire que les Michelin, mais, en particulier le pneu avant était plus sûr. Cette année, c’est donc plus difficile pour tout le monde. Mais quand je suis arrivé à Austin, cela faisait déjà 25 courses lors desquelles je n’avais pas commis la moindre erreur, et donc quand vous arrivez à 20, 21, 22, vous commencez à sentir la pression et à penser que c’est peut-être la fois où ça va arriver (sourire). C’est donc très difficile pour tout le monde de faire toute la saison sans faire la moindre erreur.

Concernant le fait de penser ou non au championnat, cela dépend beaucoup des points. L’année dernière, j’étais toujours devant et je me battais point par point, donc l’approche était différente. Cette année, quand vous êtes derrière, vous devez également prendre un peu plus de risques, en particulier après la défaillance du moteur au Mugello, donc vous pouvez plus facilement faire des erreurs.”

Tous les articles sur : Valentino Rossi