Jorge Lorenzo, à l’issue du Grand Prix de Catalogne: “Au début, j’ai fait un bon départ et, avec les pneus neufs, j’étais plus ou moins au même niveau que les autres pilotes. Mais comme je le savais avant la course, si je commençais à avoir du graining sur le pneu avant, je peinerais. C’est ce qui s’est passé.

Avec la même moto, Rossi n’a pas eu autant de graining. Il semble qu’il pilote différemment de moi et qu’il puisse davantage économiser le pneu avant en temps normal. Il est également très bon dans les conditions difficiles, quand il n’y a pas d’adhérence.”

Graining, graining… Un terme somme toute plutôt moins usité en moto qu’en F1, mais qui caractérise cependant un phénomène bien réel qui apparaît quand le pneu n’est pas vraiment en adéquation avec l’adhérence de la piste.

Dans une démarche “chrono-logique”, nous avons donc tout d’abord interrogé Randy de Puniet sur les conséquences du graining sur le pilotage, puis Guy Coulon pour avoir “le point de vue du box”, et, dans une dernière partie, nous essayerons d’obtenir l’expertise de Michelin sur la question.

Randy de Puniet: “On a bien vu que le pneu avant de Rossi était vraiment marqué. Les autres l’étaient sans doute aussi mais il y a eu moins d’images. Quand ce phénomène se produit, c’est effectivement une catastrophe car on ne peut plus rentrer sur les freins en entrée de virage et la moto bouge dans tous les sens. Quand on coupe les gaz et que ça transfère entre l’arrière et l’avant, ça met forcément plus de charge sur l’avant et on peut même croiser l’avant à ce moment là. Même à la remise du filet de gaz, il y a un peu moins de charge sur l’avant et, là encore, on peut croiser l’avant.
En résumé, ça diminue l’adhérence du pneu avant dans toutes les phases de pilotage, que ce soit sur les entrées avec les freins, au lâcher de frein, ou au moment où on reprend les gaz. Dans ces moments là, tu ne peux plus rien faire; tu subis d’autant plus que non seulement les performances du pneus sont moindres, mais que le risque de tomber est beaucoup plus élevé. On peut donc comprendre pourquoi Lorenzo a brusquement baisser de rythme.”

Crédit photo : Michelin

Tous les articles sur : Jorge Lorenzo, Randy de Puniet