Valentin Debise, vous connaissez ?

Présent sur les Grands Prix durant trois années après un titre de Champion de France 125cc, d’abord en 250cc puis en Moto2, il a finalement dû renoncer faute de budget, sans avoir pu y percer. La faute du pilote diront les teams, la faute des teams dira le pilote. Peu importe, finalement, ce sera un retour en Championnat de France, sans aucun moyen.

Un mouvement de solidarité, une Yamaha R6 avec une ligne d’échappement et un boîtier, lui permettent de repartir de zéro avant d’intégrer, un an plus tard, le team Tecmas de Michel Augizeau pour porter les couleurs de Honda France.

Après trois années de FSBK, le désir de voir autre chose, et, là encore, une histoire d’hommes, dont certains n’hésitent pas à mettre un peu d’argent et d’autres un peu de leur savoir, pour tenter l’aventure américaine.

Une simple participation aux 200 miles de Daytona avait d’abord été envisagée (ndlr : Daytona 200 sera disputé par Cédric Tangre et nous vous le ferons vivre aussi), mais ce sera finalement le Championnat AMA qui sera disputé.

Après l’installation aux USA, en Californie précisément, ce qui demande quand même beaucoup de démarches, de contacts et de travail, c’est maintenant le temps des premiers entraînements, en vue de la première course qui se disputera à Austin, en même temps que le Red Bull Grand Prix des Amériques, le 10 avril.

Voici donc le premier opus d’une longue série qui nous permettra de suivre l’aventure de Valentin Debise aux USA: “ La vie se passe plutôt bien ici, car j’ai maintenant le temps de m’entraîner comme je le veux. A vrai dire, même plus qu’en France, où je passais ma vie à réparer mes motos.

J’ai la chance d’avoir rencontré Josh Hayes (4x champion AMA) ainsi que sa femme Melissa Paris. Ils m’ont initié au Flat Track, le vrai! Sans frein avant bien sûr! J’ai commencé par rouler chez Josh car il a une piste derrière sa maison qu’il entretient lui-même à chaque fois qu’on y roule avec une 125 TTR. Il doit en avoir une dizaine qu’il prête gentiment à ses amis. J’ai commencé à rouler seul, j’étais le premier et le dernier sur la piste tellement j’étais fou de rouler et d’essayer une nouvelle discipline. Glisser, c’est facile finalement, mais le plus dur c’est de garder la vitesse en courbe en trouvant “l’équilibre glisse” pour faire tourner la moto et conserver la vitesse de sortie. Le placement de la jambe intérieure est assez difficile également, et je vous avouerai que je n’ai pas toujours trouvé le bon équilibre sur ce point. Josh est vraiment un gars sympa; il a passé sa journée à me regarder et à me donner des conseils, puis, quand il a vu que je roulais assez vite, il est venu avec moi et on s’est tirés des “bonnes bourres” à quatre, avec Melissa, Josh et Chris Ulrich qui est à la fois mon coéquipier et Team manager.

dsc_0010

À la fin de la journée ils ont sorti les grosses motos, et j’ai même pu faire quelques tours, et ça c’est vraiment le truc le plus cool que je n’ai jamais fait! Je ne voulais pas m’arrêter!

J’ai même eu l’occasion de faire une course amateur en TTR, mais là, je ne préfère pas m’étaler le sujet, car se retrouver sur la grille de départ avec un type qui a un plâtre et qui est en tshirt à côté de soi… tu te dis “putain, faut pas qu’il me double ce con” … MDR

12794352_585726728242271_980349002950011234_n
J’ai aussi fait pas mal de motocross, les pistes sont ultra-top et pas chères. En moyenne, c’est 25$, piste refaite tous les jours. Sur chaque site, il y a minimum 5 pistes aux choix, et il y a des types en bord de piste qui arrosent au fur et à mesure de la journée pour que la terre reste au top; je vous laisse imaginer le kif!
Vie Californienne oblige, je me suis mis au vélo de route. Le truc qui est sympa c’est que tous les pilotes roulent beaucoup ici, donc on se tirent de bonnes bourres. Par exemple, j’ai pu rouler avec le champion de Flat Track Jared Mees. J’ai discuté une heure avec lui avant de capter que c’était lui, et ça m’a bien fait rire. Champion sur une moto ok, mais normal dans la vie; j’apprécie ce genre de comportement.
12799184_585733138241630_6971903356294589635_n
J’ai roulé pour la première fois avec les 600 GSXR hier à Chuckwalla, lors d’un stage partenaire au team “rickdiculous”. Journée libre, un coach pour deux pilotes, mécaniciens et moto à disposition, vidéo après chaque séance etc. Je n’ai jamais vu de ma vie une journée aussi bien organisée et encadrée; je les recommande donc à tous ceux qui veulent rouler et progresser aux USA. Même moi, j’ai eu droit à mon coach (Ken Hill); je ne le connaissais pas du tout, et j’ai été assez surpris de voir son approche du pilotage qui va dans la même direction de ce que je recherche. La moto était entièrement stock avec une ligne. Mais peu importe, le but était de faire une première approche de la moto, de Ken, qui sera sur tous les circuits du championnat, et des pneus Dunlop US. Le circuit est bien, avec quelque montées et descentes, un banking de malade, et du sable! Et oui, pas de voisins là-bas; le circuit est au milieu du désert. J’ai pris peur quand j’ai vu un tas de sable au bord du muret, mais ça n’avait pas l’air d’inquiéter plus que ça la fille qui s’occupait du drapeau!
C’était plutôt sympa de voir les élèves de l’école surpris et content de voir un Français venir aux USA. Pour eux, l’Europe les fait rêver, mais ils ne se rendent pas vraiment compte de la réalité sur place.
Je vous donne rendez-vous très bientôt, ici sur Paddock-GP, pour la suite de mes entraînements et ma première course, durant le GP des USA
12805806_585733231574954_1535335233117092234_n

Tous les articles sur les Pilotes : Valentin Debise

Tous les articles sur les Teams :