Valentin Debise, vous connaissez ?

Présent sur les Grands Prix durant trois années après un titre de Champion de France 125cc, d’abord en 250cc puis en Moto2, il a finalement dû renoncer faute de budget, sans avoir pu y percer. La faute du pilote diront les teams, la faute des teams dira le pilote. Peu importe, finalement, ce sera un retour en Championnat de France, sans aucun moyen.

Un mouvement de solidarité, une Yamaha R6 avec une ligne d’échappement et un boîtier, lui permettent de repartir de zéro avant d’intégrer, un an plus tard, le team Tecmas de Michel Augizeau pour porter les couleurs de Honda France.

Après trois années de FSBK, le désir de voir autre chose, et, là encore, une histoire d’hommes, dont certains n’hésitent pas à mettre un peu d’argent et d’autres un peu de leur savoir, pour tenter l’aventure américaine.

Une simple participation aux 200 miles de Daytona avait d’abord été envisagée (ndlr : la Daytona 200 a finalement été disputée par Cédric Tangre et nous vous l’avons fait vivre aussi), mais ce sera finalement le Championnat AMA qui sera au programme, géré aujourd’hui sous le nom de MotoAmerica.

Après l’installation aux USA, en Californie précisément, ce qui demande quand même beaucoup de démarches, de contacts et de travail, c’est maintenant le temps des premiers entraînements, en vue de la première course qui se disputera à Austin, en même temps que le Red Bull Grand Prix des Amériques, le 10 avril.

Voici donc le second opus d’une longue série qui nous permettra de suivre l’aventure de Valentin Debise aux USA. (La première partie se trouve ici)

Aujourd’hui, il nous relate ses entraînements avant de se diriger vers le Circuit des Amériques, à Austin, où il disputera sa première course de MotoAmerica (ex-AMA) durant le week-end de Grand Prix.

 Valentin Debise  : “Depuis ma dernière new, j’ai été pas mal occupé entre mes entraînements quotidiens et la préparation de la première course.

Ma nouvelle combinaison PILOT est arrivée;  jugez par vous-même, mais je commence vraiment à ressembler à un américain ! Mon nouveau casque ARAI est franchement pas mal aussi; il ressemble à celui de l’an dernier, avec mes partenaires dessus (Intermarché Carmaux, Sn diffusion, Suzuki) ainsi que le drapeau de la France côté gauche (of course), et le drapeau américain côté droit pour le clin d’œil au pays qui m’accueille cette année.

4

J’ai eu la chance de participer à une école de pilotage, mes amis m’ont tout de suite dit : « tu apprends aux Américains comment on pilote ? »
Non, non ! Malgré le fait que j’ai passé mon diplôme d’entraineur l’hiver dernier (il faut encore que je le valide à mon retour en France), j’ai bien été l’élève !

Ce stage s’est passé sur le circuit de Chuckwalla où j’avais effectué mon premier roulage avec la Suzuki 600 GSXR. Quand je suis arrivé sur le circuit, le coach (Ken Hill, que je remercie au passage), m’a dit  « hey, Valentin, regarde les pneus; c’est ce que tu vas avoir pour trois jours ». Les pneus en questions, ce sont des Dunlop Q3! Des pneus conçus pour la route !

Vous pouvez vous imaginez la tête que j’ai faite ! Finalement, oui, c’était compliqué de rouler avec ce genre de pneus sur un circuit de course, mais c’était aussi très intéressant. Il fallait rester précis, trouver le grip et enchainer les tours rapides sans faire d’erreur; c’était dur, très dur ! Attention à la moindre faute ! Il y avait tout le temps quelqu’un qui me suivait avec une caméra pour faire le retour en image après chaque séance. Vraiment le top, je vous dis !

J’ai ensuite eu quelques jours de repos et j’en ai profité pour pédaler.  Il faut dire que je prends vraiment du plaisir à faire du vélo, je retrouve des sensations que j’ai sur ma moto, et c’est un bonne activité pour travailler la concentration sur quelques heures, tout en s’amusant avec les copains.

J’ai eu la chance de pouvoir me familiariser avec ma moto de course lors d’un Track Day à Barber (Alabama). Ce jour-là, la météo n’était pas avec nous et je n’ai pu rouler qu’une vingtaine de tours, mais ce n’est pas ça qui a gâché ma joie ! Pour vous donner un ordre d’idée, ce circuit est une sorte de Ledenon, en plus rapide et plus bosselé, et avec des enchaînements plus saignants. Un vrai circuit de dingue comme je les aime ! J’ai vraiment hâte d’y retourner pour la course!

Le jour suivant, je suis allé directement à Austin (Texas) pour les essais officiels. Oui, oui, il y a des vrais essais officiel, et c’est de la folie ! Il y avait la télé, (j’ai vu les images aux informations ce matin !), tous les soirs, c’était plateau TV en direct sur internet pour interviewer les pilotes, une présentation de chaque équipe avec lever de rideau, un accès aménagé pour les fans (et ils étaient nombreux pour de simples tests). J’ai été bien accueilli par l’ensemble du paddock, tous curieux de savoir d’où je venais, et pourquoi j’étais ici.

3

Dans l’ensemble, mes essais se sont très bien passés. Pour être honnête, je ne pensais pas être capable d’enchainer des tours rapides aussi rapidement. C’était vraiment effrayant de rentrer à fond de quatre dans le premier virage des chicanes (8 virages consécutifs), mais c’était fun !  On a eu quelques soucis pour régler la moto. Rien de grave, mais seulement le travail habituel qui prend un peu de temps parfois. Je ne connais pas parfaitement la moto, et je dois encore l’écouter pour savoir ce qu’elle veux J

Lors des prochains ,jours, je vais maintenant me reposer,  car la première course arrive à grande vitesse ! Et elle aura lieu sur ce même circuit d’Austin, en même temps que le MotoGP !

5

Avant de vous quitter, il faut donc que je vous en dise un mot…

J’avais vraiment envie de rouler sur ce circuit, depuis longtemps, tellement il me semblait unique. J’ai toujours aimé les circuits qui sortent de l’ordinaire, et je n’ai pas été déçu avec celui-là !

Une fois sortie du premier virage, on commence un enchainement droite/ gauche de huit virages. C’est assez frustrant quand on se loupe dans le premier, parce que le reste va forcément être manqué, donc le tour entier foutu. Je m’attendais à ce que ce soit plus dur physiquement, mais la longue ligne droite du retour aide à souffler un peu.

La grande difficulté sur ce circuit, ce sont les virages en première, et il y en a 5! Ce genre de moto n’est pas fait pour ça. Il faut donc bien préparer son freinage, et régler au mieux le frein moteur pour ne pas avoir trop de blocage de roue arrière sur l’entrée des virages.

La seconde difficulté de ce circuit, c’est la météo, surtout à cette période de l’année. Vous avez le choix entre pluie torrentielle, vent, ou grand soleil. On a eu droit à tout, mais on a quand même eu en grande partie de la chance. La piste était tout le temps sèche, mais avec pas mal de vent, un jour dans un sens, un jour dans l’autre. L’avantage de ces conditions changeantes, c’est que pour la course, on est prêt !

Durant ma deuxième journée d’essais, j’ai amélioré mon chrono de 3 dixièmes; ce n’est pas énorme, mais mon chrono de la veille était déjà très bon. J’ai passé un bon moment de la journée à travailler sur ma fourche qui me poser problème sur la dernière partie du freinage avant le lâcher les freins.  J’étais content en égalant mon meilleur chrono avec un pneu qui avait 19 tours alors que la course en fait 14 (je vais demander une course plus longue LOL).

En résumé, je me sens bien dans l’équipe et sur la moto, mais il me reste pas mal de travail et, surtout, tous les circuits à apprendre; ça ne vas pas être de tout repos !

Have fun

Tous les articles sur les Pilotes : Valentin Debise

Tous les articles sur les Teams : Team Hammer