Voici le troisième chapitre qui nous relate la suite des aventures de Valentin Debise à la découverte du championnat MotoAmerica aux USA.

Le premier, concernant son installation,  se trouve ici et le second, abordant ses entraînements, .

Valentin Debise : “Bien, que dire ? Je n’ai pas de mot pour décrire ce que je ressens.  Même si la course à été réduite à 10 tours pour respecter les horaires de la TV, ça a été un long chemin jusqu’au podium d’Austin ! C’est quand même incroyablement cool, d’être là, en même temps que le MotoGP, assis à la place de Valentino ROSSI dans la salle de conférence de presse d’après course, sur le même podium qu’eux, avoir une coupe originale à l’américaine (la plus belle de ma petite collection), tout ça devant un public texan amoureux et passionné de sports mécaniques.

Je peux vous le jurer, en arriver là n’a pas été facile, surement une des années les plus dures de ma jeune carrière. La facilité aurait été de continuer à suivre mon cursus  français, mais j’avais envie de vivre une nouvelle expérience, bien loin de ce que j’avais pu voir jusqu’à maintenant.  C’est maintenant une certitude, j’ai fait le bon choix. J’adore mon équipe, ma moto est géniale, et pour une fois, j’ai le sentiment d’avoir les cartes dans mes mains; ne me reste plus qu’à les jouer, et c’est très excitant.

Avant de parler de ma course, je voudrais remercier ceux grâce à qui le projet à pu aboutir; je pense à Sébastien, Martine, Régis, Marc et tant d’autres… Merci à eux ainsi qu’aux Américains qui m’ont accueilli en Californie!

Revenons sur mon week-end de course. Comme vous le savez, elles ont été en “course support” du MotoGP, donc on n’a pas eu des horaires habituels, et seulement une course contre deux normalement. On a eu une séance d’essais le jeudi, une qualif le samedi, warm-up à 7h30 le samedi matin, et la course à 16h !

Mais franchement, ça n’a eu aucune importance pour moi, ce ne sont que des détails. Je me suis bien qualifié en première ligne, et j’avais travaillé mon rythme de course. J’étais assez confiant avant la course, mais je manque encore de roulage et d’expérience avec les Dunlop US, qui sont bien différents de ce qu’on a chez nous. Le choix des pneus, que ce soit à l’avant ou à l’arrière était assez compliqué, parce que les températures qu’on a eu avant le départ de la course étaient inconnues pour nous. Je suis donc parti avec la combinaison soft/soft.  Le début de course s’est bien passé comme je l’avais imaginé; j’ai pris un départ correct, je suis resté à ma position, j’ai suivi les Yamaha quelques tours, puis elles m’ont lâché. Il faut dire qu’ils roulaient vraiment fort, dans des chronos Moto2 ! J’ai ensuite géré ma course en fonction de l’écart que j’avais avec le quatrième, puis les deux derniers tours ont été chauds; mon pneu arrière commençait à vraiment glisser. J’ai changé mes trajectoires, et j’ai réussi à sauver ma troisième place, mais c’était chaud, car ça remontait fort derrière !

J’ai passé mon dimanche à regarder les courses du Grand Prix. C’était un bel événement. J’ai pris du plaisir dans les tribunes après la ligne droite du retour, devant un grand écran. J’aurais aimé être spectateur avant !

Maintenant , direction Atlanta dès ce week-end. Nouveau circuit, première course 100% MotoAmerica, et il me tarde de voir comment ça va se passer. Mais je suis sûr que ça va être une nouvelle fois une course géniale.

A bientôt

Valentin”

vd20
vd10
vd2
vd3
vd5
vd7
vd8
vd9
vd11
vd13
vd4
vd12
vd6