Dès l’annonce de la malheureuse blessure de Valentino Rossi, le Web s’est enflammé pour savoir qui pourrait le remplacer. Au vu de ses très belles performances, vous avez été nombreux à imaginer, voire soutenir l’idée, que Johann Zarco pourrait être celui-là.

Aussi, pour avoir une idée claire et professionnelle de la situation, nous ne pouvions que poser la question à Hervé Poncharal, à la fois président de l’IRTA et employeur de Johann Zarco.

Monsieur Poncharal, pouvez-vous nous expliquer comment cela se passe-t-il quand un pilote se blesse ?

Hervé Poncharal : « parce que dans le passé il y avait des équipes qui ne remplaçaient pas leur pilote blessé, et comme on a quand même des engagements vis-à-vis du promoteur qu’est la Dorna, qui lui-même s’est engagé à avoir une grille avec tant de pilotes dessus, il est dit dans la réglementation depuis plusieurs saisons que vous pouvez faire une course sans remplacer votre pilote. Là, en l’occurrence, on parle de Misano, donc il n’y aura vraisemblablement personne sur la moto de Valentino Rossi à Misano, et je pense que c’est très bien par respect pour Valentino pour sa course à domicile. Par contre, et de toute façon le règlement le permet, l’équipe doit aligner deux motos à partir d’Aragon. »

Au vu du passé, on peut supposer que Movistar Yamaha MotoGP choisira Nakasuga pour cela…

« Je n’ai pas parlé à Lin Jarvis, ne serait-ce que parce que c’est toujours délicat quand le pilote est encore à l’hôpital, surtout quand il s’agit de Valentino Rossi, qui plus est quand il s’agit de sa course à domicile et qui lui tient énormément à cœur. Je n’en ai donc parlé avec personne, mais en règle générale, le pilote de remplacement est le pilote officiel de Yamaha pour le championnat Superbike Japon, qui est en plus pilote d’essai et participe beaucoup au développement de la M1, donc Nakasuga. C’est effectivement ce qui semblerait logique au vu de ce qui s’est fait dans le passé. Maintenant, il n’y a pas eu de communiqué, et moi je ne suis personne pour vous dire que cela va être lui. C’est un problème dont on parle de temps en temps et en MotoGP il est très compliqué d’avoir un vrai pilote performant en permanence, comme cela se fait en F1, car concrètement, depuis 2010 il a été extrêmement rare qu’un pilote officiel ne prenne pas le départ d’une course. En F1, ils peuvent financièrement se le permettre, mais en MotoGP avoir un pilote performant payé à regarder les courses en attendant qu’un hypothétique accident survienne, c’est quasiment impossible d’accepter ça pour un pilote. »

Y aurait-il un intérêt quelconque, pour le team Yamaha Factory, de demander à Johann Zarco de remplacer Valentino Rossi ? Et y aurait-il un intérêt pour vous ?

« Alors déjà, une chose est claire. Nous ne sommes pas une équipe qui appartient à Yamaha. Nous ne sommes pas une équipe où Yamaha investit. Tech3 est une équipe indépendante. Nous sommes très heureux de faire partie de la famille Yamaha mais le seul contrat qui nous lie à l’usine Yamaha, c’est le contrat de location du matériel. Les deux pilotes, Johann Zarco et Jonas Folger, ont des contrats uniquement avec Tech3. Nous sommes une équipe indépendante, une petite PME, et je ne vois pas pourquoi on déshabillerait Pierre pour habiller Jacques. D’autant que la problématique serait encore plus importante pour nous : Yamaha Factory a Nakasuga qui est un pilote à la fois en contrat avec l’usine est habitué à la M1. Il ne sera pas devant mais qu’il a quand même fait deuxième à Valence il y a quatre ou cinq ans. Moi, si je dois trouver un pilote, ils ne vont pas me donner Nakasuga et je serai dans une situation où il n’y a quasiment personne. Même l’année dernière, cela avait été compliqué d’obtenir Alex Lowes, par rapport à son championnat et ses partenaires.
De plus, quand vous êtes en phase finale de négociation avec vos partenaires, que vous avez deux pilotes du niveau de Johann Zarco et de Jonas Folger, que du jour au lendemain il vous en manque un, vous n’allez pas avoir les mêmes résultats ni les mêmes retombées. Et ça peut même très bien faire capoter des négociations. J’ai vendu à mes sponsors Zarco et Folger, et si Zarco et Folger sont en forme, je me dois de les avoir sur la grille tous les dimanches. Mes sponsors ne comprendraient pas qu’ils payent pour avoir ces pilotes là et qu’une équipe parfois concurrente par rapport à certains partenaires récupère les pilotes pour lequel ils ont payé.
En tout cas, Yamaha ne m’en a pas parlé et je ne pense pas que Yamaha m’en parlera.
De plus, le championnat pilotes est maintenant cuit pour Valentino. Mais ils ont Maverick Vinales, et même s’ils prenaient Zarco et Folger, ils marqueraient des points au nom de Zarco ou au nom de Folger. Donc ça n’apporterait rien au niveau du championnat pilotes.

Après, il y a le championnat constructeurs. Il ne faut pas oublier que pour le championnat constructeurs, c’est uniquement le premier de la marque, qui inscrit des points. Si Maverick Vinales est premier, et que Johann Zarco est deuxième, Yamaha marque seulement les 25 points de Vinales. Par exemple, en Allemagne, Yamaha a seulement marqué les 20 points inscrits par Jonas Folger. Au Mans, Yamaha a marqué 25 points et les 20 points de Johann Zarco n’ont pas compté. Pour le titre constructeur, c’est seulement la première machine du constructeur qui inscrit des points. Il n’y aurait donc aucun intérêt pour Yamaha, à moins que Johann Zarco ou Jonas Folger finissent devant Maverick Vinales uniquement grâce à la M1 d’usine.

La seule chose pour laquelle cela pourrait changer, c’est le championnat équipes, qui est un championnat qui est totalement officieux, un championnat en interne « pour faire plaisir ». Mais les deux championnats qui sont des vrais championnats, qui font l’objet de remises de prix et qui sont gérés sous l’égide de la FIM, ce sont les championnat pilotes et championnat constructeurs. Le championnat teams est géré par l’IRTA et la Dorna, mais vous ne recevez rien. Après, les constructeurs peuvent dire qu’ils ont la triple couronne, quand ils arrivent à faire pilotes, constructeurs et teams. mais cela reste officieux et n’a pas l’impact d’un titre pilotes ou constructeurs. »


Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco, Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Monster Yamaha Tech3, Movistar Yamaha MotoGP