Après son arrivée tonitruante l’année dernière, il semble évident que deux places de 13ème ne sauraient satisfaire Fabio Quartararo en ce début de saison.

A défaut d’en incomber une responsabilité, où peut-on chercher un embryon d’explication? Dans la moto?  Chez le pilote?

Le moindre passionné sait bien que la réponse n’est pas là.
Courir à ce niveau exige une osmose parfaite entre les deux, et la moindre imperfection de l’un ou de l’autre se paye immédiatement cash.

L’équipe Leopard et le pilote français continuent donc leur travail pour viser cette perfection qui ,seule, permettra à notre représentant de venir taquiner la victoire.

Christian Lundberg: “nous aurions aimé avoir une course complètement sur le sec mais, malheureusement, ce n’a pas été le cas. Globalement, nous avons trouvé quelques améliorations importantes puisque nous étions parmi les KTM les plus compétitives lors de la course. Nous avons maintenant quelques pistes sur ce que nous pouvons faire, à propos de nos réglages, pour le futur.
Mir et Locatelli ont tous les deux montré leurs progrès alors que Quartararo semble avoir trouvé la clé des qualifications mais ne se sent pas à l’aise avec sa moto en course. Nous avons prévu de faire quelques changements pour le prochain Grand Prix pour en améliorer son agilité tout en obtenant une meilleure stabilité au freinage. Nous sommes heureux d’avoir apporté deux de nos trois mots dans le Top 5 à l’arrivée, mais cela ne doit pas nous faire croire que nous sommes biens. C’est presque le contraire, nous devons toujours travailler davantage. Nous espérons que nous aurons la possibilité d’améliorer nos motos à Austin, sans être davantage perturbés par la météo, et que nous saurons trouver des réglages qui permettront à nos trois pilotes d’exprimer leur plein potentiel.”

L’année dernière, Fabio Quartararo avait terminé 2ème à Austin, après une 7ème place au Qatar.