Les années se suivent et ne se ressemblent pas chez Mahindra en Moto3. Loin s’en faut. Trouble-fête il y a un an avec sa MGP3O et vainqueur à deux reprises sous ses couleurs et une autre fois sous le label Peugeot, le constructeur indien espère à présent simplement marquer des points. Mais à la veille du Grand Prix de France, il a réussi à faire de lui. En offrant à Francesco Bagnaia sa moto de la saison 2016.

Un beau cadeau et une période faste pour « Pecco » qui est membre de l’académie VR46. Jugez-en : un podium à Jerez, pour sa première saison en Moto2, une mention par Lucio Cecchinello pour intégrer son équipe et donc le MotoGP en 2018, et, maintenant, cette offrande.

L’actuel, pilote du Sky Racing Team VR46 a été invité au quartier général de Mahindra Racing à Besozzo pour prendre possession de la moto avec laquelle il a remporté sa première victoire en Grand Prix l’an passé. L’Italien a gagné sous les couleurs Aspar à Assen et en Malaisie, sans oublier podiums et pole-positions prises durant cette période en Moto3. Une catégorie quittée avec la troisième place du championnat avant de rejoindre en 2017 le Moto2.

Pour remercier Bagnaia de ses bons et loyaux services, Mahindra lui a donc offert sa moto frappée du 21. « C’est assurément l’un des plus beaux et précieux cadeaux que je n’ai jamais reçus » a commenté l’Italien. « C’était important de vivre ce moment avec tous ceux qui l’ont partagé durant la compétition. Nous avons vécu ensemble deux ans de bonheur et nous avons atteints des buts prestigieux. C’est une expérience qui m’a permis de grandir dans ma carrière, tant comme pilote qu’à titre personnel ».

« Je n’oublierai jamais cette victoire à Assen. C’était mon tout premier succès en Grand Prix. Une souvenir que je garderai toute ma vie. Merci beaucoup à Mahindra, à Mufaddal et à toute son équipe comme au team Aspar pour ces années 2015 et 2016 qui resteront gravés à jamais dans ma mémoire ».

Bagnaia est actuellement cinquième du championnat Moto2 avec 33 points. C’est le meilleur débutant classé. Il a terminé deuxième à Jerez alors qu’il ne s’agissait que de sa quatrième participation en Moto2. Avant lui, huit autres Italiens avaient réussi à se hisser sur le podium dans cette catégorie.