Lors du dernier Grand Prix de France MotoGP, on a assisté à une scène inédite : un Dani Pedrosa forçant le passage sur un adversaire pour prendre une position avant de tailler la route. Oui, la Honda officielle était bien frappée du 26 et non du 93. Marquez, sort de ce corps, a-t-on été tenté de crier. Et le plus surpris a sans doute été sa victime, un certain Cal Crutchlow qui n’est pas un ingrat dans ce genre de duel…

Le Britannique a fini cinquième au Mans, une performance qui lui a permis de renouer avec le drapeau à damiers sarthois qui ne l’avait plus salué depuis deux ans. Mais l’affaire aurait pu se terminer du côté de La Chapelle, lors d’un onzième tour où le feu follet Pedrosa s’est faufilé à l’intérieur du virage. Une manœuvre si rapide que le pilote LCR s’est trouvé tout surpris de voir que la Honda du HRC se trouvait au point de corde qu’il tentait de rejoindre.

Mais La Chapelle a fait son miracle et les deux pilotes ont pu continuer leur procession. Mais même si Pedrosa a brûlé pour le coup son auréole, Crutchlow ne crucifie pas son adversaire du moment : « c’est la course. Je n’éprouve aucune rancœur. Il ne pouvait pas me voir car il était à l’intérieur. J’avais élargi dans ce virage car j’avais du mal avec mon pneu avant ».

« J’étais au large et j’étais lent alors il a vu l’ouverture et il est passé. Bon, si les rôles avaient été inversés, je l’aurais envoyé valser tellement il est léger ! On verra du coup comment ça se passera à la prochaine course ». Elle aura lieu le 4 juin au Mugello…