C’est un Andrea Dovizioso un tantinet agacé qui en a terminé avec sa première journée au Mans. Son Grand Prix de France débute en effet sur un faux rythme. Seulement quatorzième sur une piste allant vers le séchant le matin, il a fini l’après-midi leader alors que la piste était détrempée. Et avec une performance plus rapide que lors de la FP1 ! Le voilà treizième au général et encore hors de la Q.2. Mais aussi avec un ressentiment vis-à-vis de Michelin…

La série noire semble poursuivre le pilote en rouge Dovizioso. Jerez n’avait pas été une promenade de santé et le voilà au Mans avec quelques contretemps et difficultés. Car cette entame sarthoise a été frustrante pour l’officiel Ducati : « le matin, nous n’avons pas bénéficié de bonnes conditions de travail car la piste était à moitié sèche et à moitié mouillée. On a décidé de travailler sur les deux motos que nous avons progressivement adapté aux conditions. Mais on a pris du retard et on n’a pas pu passer les slicks sur la fin ».

Une déception qui coûte cher. « A cause de ça, nous sommes loin au classement. Cependant, durant l’après-midi sous la pluie, on a pu montrer notre vitesse ». Certes, mais la place de leader alors conquise relève de l’inutile. « Cette journée n’a rien eu de spécial. Je pense que tous les autres pilotes ont eu un souci d’adhérence ».

Un thème qui ouvre un débat : « L’adhérence n’était pas bonne du côté droit. Je suis convaincu qu’après les tests effectués ici début mai, Michelin a durci le côté droit de son pneu asymétrique parce qu’ils étaient inquiets de sa longévité. Seulement voilà, il est trop dur. C’est pour ça que beaucoup de pilotes ont eu des soucis ».

Décidément, Michelin a du mal à faire l’unanimité lors de cette seconde saison comme manufacturier unique du MotoGP. « Lors de la FP2, le début a été difficile, puis nous avons trouvé le bon rythme. On a pu fini avec un bon chrono et sur la fin, j’ai tenté d’entrer dans le top 10 aux chronos cumulés, mais j’ai failli tomber dans mon dernier tour. Je n’ai pu que gagner une position ».

« Maintenant, il n’y a plus qu’à espérer une FP3 sèche pour jouer une entrée dans la Q.2 ». De son côté, Lorenzo a fini sa journée comme lointain seizième. On rappellera que le meilleur résultat de Ducati au Bugatti est une deuxième place, décrochée par Loris Capirossi en 2006 et par Valentino Rossi en 2012.