Une Zarcomania peut en cacher une autre… 

Généralement, la Zarcomania est plutôt bruyante et animée. Une foule de passionnés, un prénom scandé, des bras qui se tendent, des téléphones aussi…
Mais parfois, c’est beaucoup plus discret. Et sans doute même encore plus puissant et fort…

Vendredi après-midi, devant l’hospitalité Tech3, un homme attend pendant de longues minutes sur son fauteuil roulant. Ses jambes ont subi une amputation, ses bras aussi. Il attend…
Nous lui posons la question « vous attendez Johann ? ».
Il répond « oui ! C’est fort ce qu’il fait et j’aimerais bien une photo avec lui ».

Enfin, Johann Zarco arrive et se prête volontiers à la photo demandée. L’homme le remercie simplement et son visage, déjà souriant, s’illumine encore un peu plus.
Il n’a pas dit qui il était et, finalement, peu importe, car à ce moment-là, il n’était qu’un admirateur de plus de Johann Zarco.

En fait, nous avions bien reconnu Frédéric Sausset, extraordinaire personnage dont nous vous avons déjà parlé (voir ici), qui s’est fait connaître en participant et terminant les 24 heures du Mans 2016 malgré sa quadruple amputation, avant de participer cette année au Paris-Dakar.

Encore une exceptionnelle leçon de vie, portant à son sommet le terme de respect !

Alors ne nous dîtes pas que trois petites gouttes de pluie vont vous décourager de venir vivre de tels moments au Mans…