Le plus grand champion de tous les temps était invité à l’inauguration du musée Dainese à Vicence, aux côtés de Valentino Rossi.


La célèbre entreprise Dainese a inauguré un musée retraçant son histoire depuis 1972 en plein cœur de Vicence, province d’origine de son créateur Lino Dainese. Combinaisons, casques, mais également études de matériel abimé ou encore combinaisons spatiales, les visiteurs y trouveront tout ce que la marque a créé en quarante-six ans d’existence.

De nombreux pilotes étaient conviés à cet évènement comme Valentino Rossi mais aussi Giacomo Agostini. L’immense champion italien a pu y admirer des combinaisons de pilotes qu’il a bien connus comme Kenny Roberts ou Barry Sheene.

Si toutes les protections actuelles n’existaient pas lorsque ces hommes couraient, l’Italien reconnaît qu’il aurait bien voulu en avoir certaines : « Avoir l’airbag aurait été bien. J’ai vu beaucoup de pilotes sortir des circuits sur un brancard. Aujourd’hui l’airbag joue un grand rôle. C’est une innovation importante. »

Il est d’ailleurs revenu sur la pire chute de sa carrière : « C’était au Sachsenring. J’allais à 240km/h et j’étais premier avec vingt secondes d’avance sur le second, mais j’ai glissé sur une flaque d’huile. J’ai eu beaucoup de chance ce jour-là. »

“Ago” en a profité pour raconter une anecdote sur le champion des chutes spectaculaires et de ses rattrapages, Marc Márquez : « Un jour je lui ai dit que si j’étais tombé à chaque fois qu’il est tombé, je serais déjà mort cinq ou six fois ! »

A presque 76 ans (il les fêtera le 15 juin), Giacomo Agostini prend désormais plaisir à faire quelques démonstrations et se contente des événements où il est convié : « Je continue à rouler en moto de route, je l’ai fait aujourd’hui. Mais courir, non. Il faut parler de cela à Valentino, c’est lui qui est en pleine forme ! »

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :