Manuel Pecino est un des meilleurs journalistes permanents couvrant les Grands Prix. Auparavant responsable au sein du groupe espagnol Alesport qui publie entre autre la revue Solomoto, l’Espagnol travaille maintenant en indépendant et a ouvert son propre site depuis plus d’une année.

Ses relations au sein du paddock lui ouvrent toutes les portes et l’homme vient notamment de réussir à poser les mêmes questions à tous les responsables techniques des constructeurs impliqués en MotoGP. Ces réponses sont donc à prendre en considération, même s’il arrive qu’elles divergent parfois…

Dans quelle direction évoluera l’aérodynamique des MotoGP après l’interdiction des ailerons?

Kouichi Tsuji (Yamaha): “Les ingénieurs sont encore à essayer de trouver un avantage aérodynamique. Et quand ils en trouvent un, ils travaillent pour en augmenter son effet. C’est ce qui est arrivé l’année dernière avec les ailerons. Aujourd’hui, la recherche se poursuit avec un objectif très simple: avoir moins de traînée et plus d’agilité.”

Tetsuhiro Kuwata (Honda): “Avec moins d’appui, notre performance est affectée. Tout le monde cherche maintenant des solutions pour récupérer les avantages aérodynamiques perdus. C’est difficile sans ajouter d’ailerons, mais en tant qu’ingénieurs, nous sommes là pour trouver des solutions. Nous avons besoin de défis, et ceci en est un grand.”

Gigi Dall’Igna (Ducati): “Sans les ailerons, ce n’est pas facile. Ce sera impossible de récupérer la même force d’appui. Nous essayons maintenant de retrouver l’équilibre que nous avions, mais actuellement notre moto est nettement plus instable. Nous essayons de trouver le bon compromis. Nous allons très certainement commencer la saison avec notre carénage 2016 sans les ailerons et le modèle que nous testons depuis Sepang.”

Ken Kawauchi (Suzuki): “Nous savons tous ce que les ailerons ont apporté au niveau de l’aide aérodynamique et nous sommes tous à la recherche d’un moyen de générer l’appui perdu d’une façon différente. De toute évidence, il sera très difficile de recréer ce qu’ont apporté les ailerons, mais nous devons travailler pour profiter au maximum de ce que le règlement nous permet de faire. En ce qui concerne l’agilité et la maniabilité de la moto, la disparition des ailerons n’a pas changé le comportement de notre moto.”

Romano Albesiano (Aprilia): “Beaucoup a été dit à propos de ces ailerons. De toute évidence, on ne peut nier le bénéfice apporté en termes de stabilité. Nous étions d’ailleurs en faveur de leur maintien. Cependant, je pense que leur efficacité a été exagérée. La preuve, quand Aleix a essayé notre moto pour la première fois à Valence sans les ailerons, il a immédiatement fait de bons chronos. Aujourd’hui, certains constructeurs tentent de trouver de l’appui avec de nouveaux designs de carénage, alors que d’autres n’en font pas une priorité…”

Sebastian Risse (KTM): “De notre côté, nous avons jamais utilisé d’ailerons. Nous avons commencé à étudier cette question, mais ayant rapidement appris qu’ils seraient interdits, nous ne sommes pas allés plus loin. Je suis curieux de voir ce que nos adversaires vont développer pour compenser la perte d’appui. Tout le monde semble avoir des idées, mais qui va prendre le risque d’attaquer le championnat avec un carénage révolutionnaire sans savoir comment il va travailler sur tel ou tel circuit ? Personne ne peut travailler “étape par étape”, et avec une seule évolution permise pendant la saison, on n’a pas droit à l’erreur.”

Remarques :

Globalement, toutes les réponses se rejoignent sur un même constat ; les ailerons apportaient de l’appui et étaient efficaces, c’est-à-dire qu’ils permettaient aux motos de réaliser de meilleurs chronos sur un tour de circuit.

Yamaha, qui a été le premier à tester officiellement un nouveau carénage, continue donc dans cette voie tout en essayant de diminuer des effets néfastes d’un appui aérodynamique, à savoir une augmentation de la traînée qui ralentit la moto ainsi qu’une moindre maniabilité.

Chez Honda, on note une décorrélation entre les propos de Tetsuhiro Kuwata et ceux de Livio Suppo qui s’est ouvertement moqué des efforts de Yamaha et Ducati dans le domaine aérodynamique, précisant que cela ne leur avait pas apporté le titre mondial.

Ducati surprend un peu en annonçant un début de saison avec le même carénage qu’en 2016 alors que la firme italienne a toujours été en avance dans ce domaine. Selon toute logique, on s’attend néanmoins un carénage innovant en cours de saison.

Chez Suzuki, on reste neutre, ce qui n’empêche pas d’avoir essayé un nouveau carénage à Phillip Island. Même attitude chez Aprilia alors que chez KTM, on a visiblement pour le moment d’autres chats à fouetter…

Au final, il est possible, voire probable, que les constructeurs vont profiter des possibilités autorisées par le règlement pour au moins essayer d’avoir un carénage “normal” pour les circuits “normaux”, c’est à dire sans gros transferts de charge, ainsi qu’un autre pour les tracés présentant de forts freinages et de fortes accélérations, là où l’appui aérodynamique présente un réel avantage.

À moins… à moins que l’on s’oriente vers une solution plus souple qui nous est venue à l’esprit et dont nous allons essayé de savoir si elle serait conforme au règlement…

À suivre…

 

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini, Ducati Team, KTM MotoGP, Movistar Yamaha MotoGP, Repsol Honda Team, Team Suzuki Ecstar