Ancien pilote de Motocross pour la firme autrichienne, Pit Beirer y a trouvé refuge après son accident qui lui a fait perdre l’usage de ses jambes lors du Grand Prix de Bulgarie 2003. Doté d’une force de caractère exceptionnelle, il s’est rapidement imposé comme Directeur sportif du programme Tout-terrain avant d’étendre son emprise sur toute la compétition de Ktm.  

Cette interview, réalisée juste avant les essais au Red Bull Ring (voir compte-rendu Ktm ici), éclaire combien ceux-ci, malgré la première confrontation avec la concurrence, étaient finalement anecdotiques, tellement la volonté du constructeur autrichien semble s’établir sur le long terme, et au plus haut niveau!

Le fait que Pol Espargaró Et Bradley Smith vous rejoignent est une grande nouvelle, donc, maintenant, la moto se doit de correspondre au niveau de ces pilotes. Vous devez être enthousiasmé d’avancer dans cette direction…

“Quand vous parlez de projets à propos desquels je ne suis pas sûr de là où ça va aller, alors c’en est un grand. J’ai beaucoup gagné en confiance durant les derniers mois grâce à l’introduction des bonnes personnes. Les gars ont déjà rendu l’équipe très forte. Quand nous avons commencé, j’avais les personnes pour faire les premières étapes, mais pas celles capables de peaufiner une moto pour séduire un pilote MotoGP au sommet. La combinaison de toutes ces personnes est maintenant fantastique. Les ingénieurs de notre entreprise ont des idées remarquables et la technologie, mais ils n’avaient pas travaillé avec une MotoGP à ce niveau, et la combinaison avec les gars de l’exploitation en piste… vous devriez la voir. Ça ne peut pas être mieux ! Ils ont mis tant d’énergie dans la construction du nouvel atelier de course. Je suis impressionné par le niveau de confiance que les pilotes ont mis en nous et ils nous ont donné beaucoup de crédit en faisant cela.”

Avez-vous dû leur faire une proposition agressive ? Après tout, il s’agissait d’une moto non essayée …

“Non, j’ai été vraiment surpris de voir la confiance qu’ils avaient dans nous pour que nous ayons la moto prête. Ils savent très bien ce que nous avons fait jusqu’ici en compétition et à quel point nous avons réussi, et que si nous allons faire quelque chose, alors nous le faisons correctement. Et – ouf ! – cette confiance est devenue une forme de pression ! C’était agréable à voir, mais vous pouvez observer comment ces gars pilotent sur la piste et ce que sont leurs meilleurs résultats, donc maintenant nous devons leur fournir une moto qui est au moins aussi bon que celle qu’ils ont pour se battre au même niveau. À coup sûr, nous commencerons légèrement derrière, parce qu’ils ont actuellement des motos fantastiques, mais d’un autre côté, nous pouvons seulement faire ces dernières étapes avec les pilotes adéquats. Ainsi pour nous, il y a tant de choix pour les réglages de la moto qu’il est vraiment important que tout soit en place, puis nous irons le lundi après Valence quand ils pourront monter dessus. Après, cela dépendra de comment nous serons rapides à travailler sur leurs souhaits, entre Valence et le Qatar. Mika [Kallio] fait un travail fantastique pour nous en développant actuellement la moto, et grâce aux chronos que nous avons comparé avec ceux de course à Jerez, Brno et au Mugello, nous en savons beaucoup plus. Ceci est juste le début d’un projet à très long terme et, à coup sûr, nous ne pouvons pas juste faire notre entrée en MotoGP et faire de la figuration. Nous ne renoncerons pas jusqu’à ce que nous jouions avec eux, c’est certain.”

545768_196825403753250_834692190_n

Tous les articles sur : Mika Kallio