Les rendez-vous quotidiens entre Johann Zarco et la presse internationale deviennent de plus en plus intéressants. Loin de la communication un peu formatée des traditionnels communiqués de presse, les échanges entre le pilote français et les journalistes dans l’hospitalité Tech3 sont d’une richesse et d’une simplicité que les vrais passionnés apprécieront (vous pouvez retrouver tous ses débriefs passés dans notre rubrique “Interviews“).

Comme à notre habitude, nous en reportons ici l’intégralité des propos de Johann Zarco, de façon brute, donc sans aucune mise en forme ou déformation journalistique.


« C’est compliqué de partir de la 11e place. Je suis généralement fort en début de course car j’ai utilisé des pneus plus tendres que mes adversaires lors des derniers Grands Prix. Aujourd’hui, comme il faisait assez chaud pour la course, j’ai utilisé le pneu arrière dur et c’est la raison pour laquelle je n’ai pas pu partir très vite. Mais c’était la solution pour préserver une bonne fin de course. J’ai rencontré quelques problèmes pour doubler Iannone et c’est le moment où j’ai perdu du temps. Puis j’espérais pourvoir rattraper Bautista et Márquez mais à ce moment, peut-être à 13 tours de la fin, j’ai eu quelques problèmes avec l’avant et je peinais avec l’arrière. J’étais donc un peu inquiet et j’ai pensé que j’allais avoir de plus en plus de problèmes. Et finalement, lors des cinq ou sept derniers tours, je n’ai pas pu rattraper Bautista et Márquez, mais Lorenzo remontait. Durant ces cinq tours, le pneu arrière dur a très bien fonctionné et j’avais un meilleur feeling qu’avant. Donc, même si j’étais fatigué, j’ai pu attaquer et conserver ma septième place. Et je pense que cela est la chose très positive de la journée. »

Hier, Crutchlow a dit que vous étiez le favori pour la course…

« J’avais à l’esprit la petite lueur d’espoir d’un podium, car on ne sait pas ce qui peut arriver. J’aurais peut-être pu le faire avec des pneus tendres si les nuages étaient restés au-dessus du circuit, car nous étions prêts à partir en pneus tendres. Mais finalement, on a eu du ciel bleu et les températures ont monté, et on a donc utilisé le pneu arrière dur. C’est parfois possible, mais aujourd’hui, septième était le maximum. »

Pourquoi avez-vous choisi le pneu arrière dur au lieu du médium ?

« C’est tout ou rien ! (Rires) Non, je n’ai pas beaucoup aimé le médium. On l’appelle parfois le dur mais dans le mélange que Michelin fait, il n’est pas très dur. C’était un compromis et le dur me donnait un feeling avec un bon feed-back. »

Qu’avez-vous éprouvé en faisant l’expérience d’une MotoGP au Mugello ?

« C’est rapide ! J’ai atteint 346,5 km/h, puis vous freinez, vous voulez freiner puis vous freinez de plus en plus fort, et vous ne vous arrêtez jamais. C’est de l’adrénaline, c’est bien. Parfois, j’étais instable avec la moto, et c’est le point sur lequel nous travaillons, car nous pouvons avoir moto très stable, mais si je perds le feeling , je ne peux pas être rapide. Donc, pas à pas, nous travaillons pour avoir plus de stabilité car quand vous utilisez la pleine puissance de la moto, alors vous sentez que vous devez la tenir. »

Quel est physiquement le circuit le plus difficile pour vous ?

« Je dirais le Texas car c’est le plus difficile, puis la Malaisie à cause des températures élevées. Mais au niveau du tracé, c’est le Texas. Ici, il y a beaucoup de changements de direction, donc oui, c’est difficile. Mais si vous travaillez beaucoup ou que vous trouvez les bons réglages, je pense vous pouvez être très rapide sans attaquer énormément, presque comme au Mans. Je n’étais pas dans ces conditions aujourd’hui et cela a été très difficile, mais pas comme au Texas où j’étais détruit. »

Que pensez-vous de votre septième place ?

« Je suis content ! Car je dois penser à où est mon maximum, et aujourd’hui mon maximum, c’était septième. J’ai tout donné et j’ai fini la course, c’est très important. Si les gens sont déçus que je n’ai pas fait un deuxième podium, c’est une mauvaise façon de penser car j’apprends et il y a des gars très forts. Les Ducati étaient très fortes, pas seulement dans les lignes droites, mais ici au Mugello, elles freinent très bien et ont une bonne sortie de virage. Quand vous considérez tout le week-end, et aussi que j’ai raté la qualification, être septième est une chose positive. »

Ne pas trop en faire et marquer des points, c’est le métier qui rentre ?

« Cette manière de ne pas trop en faire pour terminer les courses, j’ai dû l’apprendre en 125 et en Moto2. Dans le cas d’aujourd’hui, c’est savoir qu’avec le pneu un peu plus dur, je ne peux pas me mettre très vite en route, mais il faut quand même que je ne perde pas des positions, et donc il faut se battre. Et quand on se bat, ça fait des changements de trajectoire et ça fait parfois utiliser la moto pas de la bonne manière, et c’est ça qui, pour ma part, m’a fatigué. Un moment, j’ai pensé que je pouvais tomber, mais non, j’ai réussi à re-souffler, reprendre de la lucidité, et bien terminer. »

Qu’est-ce que tu as appris de plus important ce week-end ?

« Laurent m’a dit, tout de suite après la course du Mans, que se concentrer sur la stabilité de la moto, c’est fondamental si je veux passer un cap et rester avec les mecs de devant. Là, ce week-end, on a parfois eu ce problème de stabilité. On n’était pas mal mais on sent que c’est une voie, pas à explorer mais à développer. Pouvoir bien conduire, me sentir bien sur la moto, mais avoir une moto plus stable pour moins se fatiguer et pouvoir se reposer un peu dans la ligne droite. »

Tu t’es fait plaisir, quand même ?

« Oui, c’est énorme ! J’étais content de terminer parce que cela a été dur physiquement. Mais ce week-end a été top. Il y avait des top pilotes partout, la bagarre a été bonne. Finalement, je crois que l’on n’a pas trop doublé. Et septième, après avoir tiré la langue par terre parce qu’on est fatigué, c’est vraiment satisfaisant. »

Peut-on imaginer qu’après l’énorme tension du Mans, il y a eu ici une décompression ?

« C’est peut-être encore trop frais pour vraiment l’analyser, mais c’est peut-être possible. Il peut y avoir des facteurs psychologiques inconscients, mais c’est encore frais pour s’en rendre compte. C’est pour ça que cette septième place, c’est neuf points dans la musette et c’est toujours bons à prendre. On fait son bout de chemin. »

Tu est de loin le premier pilote indépendant…

« On est dans l’objectif et c’est top. Petrucci a fait un beau podium et est le premier pilote privé de la course. Il y en avait deux devant moi : Petrucci et Bautista. »

Oui, mais au général, tu es loin devant eux…

« C’est pour ça que la régularité, ça paye quand même, et à force d’être régulier, l’opportunité du podium peut s’ouvrir. Elle s’est déjà ouverte au Mans, elle se représentera ! »

Résultats du Grand Prix :

1- Andrea Dovizioso – Ducati Team – Ducati Desmosedici GP
2- Maverick Vinales – Movistar Yamaha MotoGP – Yamaha YZR M1 – + 1.281
3- Danilo Petrucci – OCTO Pramac Racing – Ducati Desmosedici GP – + 2.334
4- Valentino Rossi – Movistar Yamaha MotoGP – Yamaha YZR M1 – + 3.685
5- Alvaro Bautista – Pull&Bear Aspar Team – Ducati Desmosedici GP – + 5.802
6- Marc Marquez – Repsol Honda Team – Honda RC213V – + 5.885
7- Johann Zarco – Monster Yamaha Tech 3 – Yamaha YZR M1 – + 13.205
8- Jorge Lorenzo – Ducati Team – Ducati Desmosedici GP – + 14.393
9- Michele Pirro – Ducati Team – Ducati Desmosedici GP – + 14.880
10- Andrea Iannone – Team Suzuki Ecstar – Suzuki GSX-RR – + 15.502
11- Tito Rabat – EG 0,0 Marc VDS – Honda RC213V – + 22.004
12- Scott Redding – OCTO Pramac Racing – Ducati Desmosedici GP – + 24.952
13- Jonas Folger – Monster Yamaha Tech 3 – Yamaha YZR M1 – + 28.160
14- Hector Barbera – Reale Avintia Racing – Ducati Desmosedici GP – + 30.676
15- Jack Miller – EG 0,0 Marc VDS – Honda RC213V – + 30.779
16- Karel Abraham – Pull&Bear Aspar Team – Ducati Desmosedici GP15 – + 42.306
17- Sylvain Guintoli – Team Suzuki Ecstar – Suzuki GSX-RR – + 46.294
18- Loris Baz – Reale Avintia Racing – Ducati Desmosedici GP15 – + 50.731
19- Sam Lowes – Aprilia Racing Team Gresini – Aprilia RS-GP – + 50.740
20- Bradley Smith – Red Bull KTM Factory Racing – KTM RC16 – + 50.897

Classement provisoire du Championnat du Monde :

1 Maverick VIÑALES-Yamaha 105 points
2 Andrea DOVIZIOSO-Ducati 79
3 Valentino ROSSI-Yamaha 75
4 Marc MARQUEZ-Honda 68
5 Dani PEDROSA-Honda 68
6 Johann ZARCO-Yamaha 64
7 Jorge LORENZO-Ducati 46
8 Danilo PETRUCCI-Ducati 42
9 Jonas FOLGER-Yamaha 41
10 Cal CRUTCHLOW-Honda 40
11 Scott REDDING-Ducati 30
12 Jack MILLER-Honda 30
13 Alvaro BAUTISTA-Ducati 25
14 Andrea IANNONE-Suzuki 21
15 Loris BAZ-Ducati 19
En savoir plus sur http://www.paddock-gp.com/italiangp-motogp-j-3-debrief-integral-valentino-rossi-condition-physique-barcelone-etc-integralite/#0YUvGLoz5z6aGHP5.99

Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : Monster Yamaha Tech3