Valentino Rossi n’étant pas convié à la conférence de presse officielle pré-événement du Grand Prix du Japon, il a, comme c’est l’habitude, répondu aux questions des journalistes dans l’hospitalité Movistar Yamaha MotoGP.

Peter Mc Laren était présent pour le site Crash.net, tout comme Alessio Brunori pour le site motograndprix.motorionline.com et ils nous reportent l’essentiel des propos du pilote italien.

Concernant la possibilité d’une éventuelle consigne d’équipe pour aider un Maverick Vinales en retard de 28 points sur Marc Márquez, la réponse de l’homme de Tavullia n’est plus aussi complètement négative que par le passé : « en ce moment, non, Yamaha ne le fait pas, mais cela dépend beaucoup du championnat ; si cela devient très, très proche, c’est possible. C’est une situation intéressante parce que les trois usines (Honda, Ducati, Yamaha) ont le deuxième pilote qui est rapide et qui peut peut-être aider le premier pilote au championnat. Donc nous verrons ! Il y a trois pilotes encore dans la course et nous sommes plus détachés, mais avec Lorenzo et Pedrosa, nous pourrions être l’aiguille sur la balance. Mais tout le monde fera ses courses, de toute façon. Nous devons donc voir si Yamaha, Honda et Ducati nous le demanderont. Cela dépendra beaucoup des situations, mais habituellement Yamaha laisse toujours tout “ouvert”, par exemple, comme en 2010, dans ma bataille avec Lorenzo. »

Quoi qu’il en soit, il est important que la jambe du pilote Yamaha se porte mieux, ce qui est apparemment le cas : « Après la course d’Aragon avoir deux semaines de repos m’a aidé. Habituellement, une pause si longue brise le rythme, mais au lieu de cela, cela m’a servi pour récupérer. Ma jambe est meilleure, j’ai encore du mal à marcher, mais je vais bien, et le voyage s’est bien passé aussi. J’ai eu cette semaine supplémentaire, ce qui était très important car après Aragon, je souffrais un peu. La jambe va maintenant beaucoup mieux, avec encore un peu de douleur, mais je suppose que je peux piloter la moto. Car, de toute façon, la jambe est en meilleure forme qu’à Aragon. Bien sûr, je ne suis pas à 100%, tout comme pour les entraînements que j’ai dû adapter un peu. Mais je me sens bien et ce n’est pas si mal. Samedi dernier, j’ai couru au Ranch et c’était bien, même si, bien sûr, tourner sur une piste en terre est plus douloureux, surtout quand on pose le pied par terre, mais ce fut une bonne journée. »

Il lui est alors demandé s’il continuera à utiliser le frein au pouce une fois complètement guéri…

« Je l’utilisais déjà, avant le problème. Pas au départ, mais après cinq ou six courses, je pense. Pour moi et mon problème (la jambe), c’est bien et cela peut aider. Et c’est également quelque chose qui peut aider d’une façon générale dans certains endroits. »

Enfin, Valentino Rossi est interrogé sur la façon dont il aborde la météo attendue humide ce week-end…

« Ce serait vraiment dommage que cela soit mouillé car je pense que nous pouvons être compétitifs sur le sec sur ce circuit. L’année dernière, j’ai été très compétitif sur le mouillé, mais pas tellement cette année, donc j’espère que cela soit sec. Notre problème sur le mouillé est le même que sur le sec : après quelques tours, le pneu arrière commence à perdre beaucoup d’adhérence. Si c’est complètement mouillé, ce n’est pas si mal, mais s’il n’y a pas beaucoup d’eau, nous souffrons. Nous avons donc besoin de comprendre car nous étions très forts l’année dernière. »

Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Movistar Yamaha MotoGP