Comme d’habitude, nous vous proposons une traduction de l’intégralité des réponses des trois premiers pilotes lors de la conférence de presse post-GP.

Ecrire à ce point quelques lignes d’introduction serait déjà orienter l’information dans tel ou tel sens; ne pas le faire vous permet donc  de vous faire votre propre opinion.
Bonne lecture.


Marc, vous êtes restés avec eux un moment, mais vous vous êtes fait quelques chaleurs et avez décidé de garder les 16 points…

“Oui, aujourd’hui j’ai essayé dès le début, je suis bien parti puis Dani m’a doublé. Mais je l’ai repassé rapidement. Puis j’ai essayé de suivre Jorge; peut-être que je pouvais le passer durant quelques tours, mais je commençais déjà à sentir que mon pneu avant était faible. J’ai donc préféré attendre un peu, mais j’ai vu qu’avec 22 ou 25°, la température ne convenait pas à mon style de pilotage et je perdais beaucoup, en particulier dans les freinages car je ne pouvais pas freiner la moto. Quand j’étais derrière Jorge, il a commencé à prendre quelques mètres et je perdais quelques mètres à chaque accélération.  J’essayais de revenir à chaque freinage mais je surchauffais de plus en plus le pneu avant, alors je me suis dit “ok”, et j’ai pris une décision difficile devant nos fans, “16 points sont assez pour nous, c’est notre position”. C’est dommage de terminer à 2 dixièmes de la seconde position, ou à 7 secondes de la tête, mais finalement nous avons essayé de faire de notre mieux, nous rapportons 16 points, et nous attendons les tests de demain avec impatience car nous devons améliorer divers domaines.”

L’année dernière, auriez-vous pris une décision différente, en attaquant davantage?

(rires) Bien sûr, peut-être que l’année dernière, cela aurait été différent, mais j’ai beaucoup appris cet hiver, et avant la course, Nakamoto m’a dit “s’il te plaît, termine la course” (rires). Et avec Emilio (Alzamora) et Santi (Mulero), on s’est dit “ok, on sait que Jerez n’est pas une des meilleures pistes pour mon style de pilotage”. On sait que l’on n’est pas à 100% de notre niveau avec la moto, et quand j’ai vu que Valentino avait un niveau incroyable, et que Lorenzo était un peu plus vite que nous, je me suis dit “prend 16 points et soit calme en attendant les prochaines courses”.

Vous avez fait quelques erreurs durant des freinages; freiniez-vous comme avec les Bridgestone?

“Comme je l’ai déjà dit, j’essayais de freiner fort car nous perdons encore un peu en accélération et j’essayais de compenser ce désavantage durant les freinages. Durant le weekend, j’étais en mesure de piloter comme cela, car les températures étaient bien plus basses.  Mais avec des températures plus hautes, piloter comme cela rendait le pneu avant plus faible. Au début, je n’étais pas capable de freiner fort, alors je me suis dit “ok, je vais essayer un tour, puis un autre” pour freiner aux mêmes endroits que lors des séances d’essais libres, mais j’ai vu que l’avant se bloquait, bougeait beaucoup et que je ratais mes freinages. Je perdais du temps mais je voyais que ce n’était pas possible autrement et, pour cette raison, j’ai ralenti un peu et garder cette troisième place.”

Vous arboriez un sticker en solidarité au peuple japonais…

“Oui, bien sûr, je suis concerné par ce qui se passe au Japon et c’est pour cette raison que nus avons mis des stickers sur la moto et un drapeau sur le podium. Egalement parce qu’une des usines Honda a subi quelques dommages. De toute façon, je pense que tout le monde est solidaire avec le Japon. pas seulement avec le Japon, mais également à propos de la situation dans le monde. Je pense qu’avec le sport, on essaie d’aider tous ces gens.”

Pensez-vous que vos ailerons ont contribué à surchauffer le pneu avant?

“C’est une question intéressante. Peut-être que demain, si on a les mêmes température, on essaiera, mais durant les essais c’était mieux pour les accélérations, un peu mieux, on gagnait un petit peu là où on perd le plus. Mais on doit encore étudier, si c’est mieux et si ça procure un réel avantage. Le point positif, c’est que durant les essais, avec les températures basses, j’étais très solide et au même niveau que les deux pilotes Yamaha.  Aujourd’hui, la situation était comme ça, mais nous avons été intelligents et compris que quelque chose n’allait pas; peut-être que c’était moi, peut-être que c’était la moto, peut-être l’ensemble, mais on n’a pas trouvé les meilleurs sensations avec ces températures. Nous avons compris et terminé troisième… Ok, ce n’est pas la meilleure place, mais ces 16 points sont ce à quoi on s’attendait. C’était notre objectif principal avant cette course.”

Vous êtes prudent en vue du championnat, mais en votre intérieur, n’aviez-vous pas envie de gagner, comme il y a deux ans?

Oui, bien sûr, c’est un gros conflit dans ma tête. Mais ne vous inquiétez pas; le même Marc va venir, mais je dois me sentir à l’aise sur la moto. Et je dois me sentir assez fort. Pour le moment, je me sens fort, mais je ne sens pas comme en 2014, quand je faisais ce que je voulais avec la moto, et quand je jouais avec. Donc pour le moment, je ne me sens pas à ce point-là. Le point positif, c’est que nous avons un léger avantage (au championnat) et nous essayons de gérer. Nous devons rester calmes jusqu’à ce qu’on se sente à ce niveau. Peut-être qu’actuellement ce n’est pas le meilleur Marc pour le spectacle et les fans, mais je ne veux pas me retrouver dans la même situation que l’année dernière. Donc on doit comprendre cela et continuer de cette façon”.

Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team