Comme d’habitude, nous vous proposons une traduction de l’intégralité des réponses des trois premiers pilotes lors de la conférence de presse post-GP.

La seule précision qui a utilement été apportée par l’image est que le pilote Yamaha paraissait étonnement peu marqué à l’issue de la course. Hormis cela, écrire à ce point quelques lignes d’introduction serait déjà orienter l’information dans tel ou tel sens; ne pas le faire vous permet donc  de vous faire votre propre opinion.

La grande majorité des questions ayant été posées à Valentino Rossi, nous publions ses réponses en deux parties.
Bonne lecture.


Valentino, 113ème victoire; un weekend parfait?

“Oui, vous ne pouvez pas vous attendre à quelques chose de mieux. Nous avons bien débuté dès le vendredi, je me sens bien avec la moto, hier j’ai été premier et premier, en particulier avec la pole position, donc c’était très bien. Mais le meilleur est aujourd’hui! Depuis le début jusqu’à la fin. Quand j’étais sur la grille, je savais que je pouvais avoir un bon rythme, mais durant la course c’est toujours plus difficile. Sur la grille, mon mécanicien, Brent, m’a dit: “premier depuis le premier virage jusqu’au dernier” et je me suis dit que c’était peut-être une bonne idée et que j’essaierai (rires).
J’ai fait un bon départ, je me suis senti bien avec la moto dès le début, j’avais un bon grip. J’ai commencé à entendre le bruit (de la moto de Lorenzo) un peu plus loin, donc j’ai pensé que je pouvais avoir un léger avantage. J’ai essayé d’attaquer et j’ai compris que je partais, tour après tour. C’était la meilleure sensation que je pouvais avoir.”

Des pneus qui patinaient mais des temps très réguliers…

“Oui, j’avais beaucoup de patinage dans les lignes droites. C’est très étrange mais cela est déjà arrivé hier lors des essais. je l’avais senti un  peu. Aujourd’hui, ça le faisait davantage. Donc lors des 10 ou 12 derniers tours, je patinais beaucoup, en particulier dans la ligne droite de départ et j’ai commencé à m’inquiéter. J’ai ralenti, car je pensais que le pneu allait trop chauffer et commencer à créer des vibrations. Donc je débutais les lignes droites à mi-puissance pour ne pas patiner, et j’ai ralenti un peu. Mais le point positif, c’est que la moto et les pneus fonctionnaient bien dans les virages , donc je pouvais rester en 40.8 ou 40.9, et j’ai compris que cela suffisait.”

Au départ, Jorge était tout près de vous…

“Oui, le départ a été fantastique, tout comme le premier virage. J’ai également senti que j’avais un léger avantage lors du premier tour. Mais durant le second tour, je n’ai pas été parfait et j’ai juste fait 40.6 car, sincèrement ,je ne croyais pas à cette situation (rires). Lorenzo m’a doublé mais je savais que j’avais un bon rythme  donc j’ai essayé de revenir à nouveau et à partir de ce moment, je suis parti.”

Le résultat d’Austin est dommage, en vue du championnat…

“Oui, mon erreur a Austin est dommage car j’aurais pu y prendre beaucoup de points, puisque j’étais rapide. J’ai fait une erreur. Actuellement, je ne peux pas regarder le championnat, je dois juste rester concentré course après course et essayer d’être fort comme aujourd’hui au Mans.”

Vous aimez Le Mans, mais c’est un circuit très différent de Jerez…

“Vous savez, pour moi Jerez est important car, habituellement, vous pouvez y comprendre votre niveau. D’habitude, si vous êtes fort à Jerez, vous pouvez être fort sur tous les circuits européens. Peut être que cela est vrai, mais peut être pas…
J’aime Le Mans. C’est une piste propice aux Yamaha mais elle est également très difficile, tout comme les conditions météo. Nous devons donc essayer d’y travailler comme ici, dès le vendredi.”

Hier, vous avez dit que la situation idéale serait d’arriver au dernier virage avec une seconde d’avance. Pensiez-vous que ce serait si facile et quel serait votre prochain souhait?

“Oui, ici le dernier virage est à coup sûr un peu dangereux; dans le passé, nous y avons vu beaucoup de dépassements agressifs. Sincèrement, je m’attendais à souffrir davantage dans le premier tour, car Lorenzo est toujours très fort. Mais je voulais essayer de rester calme car je savais que les pneus me permettaient un bon rythme pour le reste de la course. Nous avions bien travaillé avec les pneus usés, donc je pensais que je n’avais juste à ne pas faire d’erreur et essayer de rester avec lui depuis le départ.  Je savais aussi que Marquez avait un très bon rythme. Partir de la bonne façon est plus facile et j’avais en particulier une bon grip dès la moitié du premier tour. Je pense que cette différence vient de la façon dont nous avons travaillé ce week-end.”

Durant le warm up, vous avez été très rapide avec la deuxième moto. Qu’avait-elle de différent?

“Oui, j’étais fort, surtout avec des pneus neufs et surtout pour la pole position. Concernant le rythme, je n’étais pas mauvais mais il semblait que l’on avait de quelque chose de plus pour essayer de gagner. Donc ce matin, on a décidé de faire un autre pas en avant, une autre modification à la moto pour la comparer à l’autre et améliorer le freinage et les entrées de virage. Je n’étais pas mal sur la première moto mais la deuxième était un plus. J’étais capable d’être un peu plus rapide, de mieux piloter et d’avoir de meilleures trajectoires. Donc, bien sûr, cette modification m’a aidé à être plus fort durant la course.”

A suivre…