A Austin, Valentino Rossi a grillé son embrayage dès l’envol, un incident qui l’a tracassé suffisamment pour lui prendre une attention qui aurait été mieux utile à l’évaluation de son pneu avant… Ce qui lui aurait sans doute évité une chute. Du coup, à Jerez, Yamaha a mis l’embrayage du Doctor sous surveillance.

On ne laisse rien au hasard chez Yamaha et on veut comprendre comment, avec une assistance au départ, le shifter, le seamless et tout l’ensemble électronique qui gère à présent une machine, on peut encore griller un embrayage. Du coup, on a mis des capteurs pour trouver la solution : « il s’agit d’évaluer avec minutie la façon dont il faut renforcer l’embrayage » a commenté Valentino Rossi lors de la conférence de presse au sujet du dispositif, qui ne constituerait donc pas un avantage.

Un ensemble que GPOne avait repéré dès les premiers essais du Grand Prix d’Espagne, avançant la théorie qu’un ancien de la 500cc deux temps comme Vale a peut-être gardé l’habitude de gagner quelques tours moteur en sollicitant l’embrayage.

Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Movistar Yamaha MotoGP