Objet de toutes les attentions depuis que Jorge Lorenzo a décidé d’emménager chez Ducati et donc laisser sa place chez Yamaha, Marverick Viñales s’est pourtant fait voler la vedette à Jerez par son équipier Aleix Espargaró. Comme quoi rien n’est acquis en MotoGP, mais l’officiel Suzuki a peut-être déjà la tête ailleurs.

Lors des qualifications, il a dû s’employer pour rester l’icône de Suzuki face à un Aleix Espargaró qui a retrouvé toute sa verve après une entame de saison balbutiante. Pour sept millièmes, il lui a chipé la cinquième place sur la grille de départ, échouant à un millième de Dovizioso pour la quatrième. Mais en course, et comme à Austin, il a dû se résigner à vivre sous la menace constante de la GSX-RR sœur. Qui lui a cette fois montré sa roue arrière.

De quoi remettre les choses en perspective. Mais le pilote de 21 ans ne s’en offusque pas : « Aleix était déjà très fort sur cette piste l’an passé alors que la Suzuki était moins performante. Je m’attendais donc à le voir à ce niveau. Je ne l’ai pas attaqué car j’étais trop limite avec le pneu avant en fin de course. Cette sixième place est un bon résultat et me permet de rester sixième au championnat ».

Oui, mais à avec un point d’avance sur son équipier et trois de retard sur son frère cadet Pol qui a un contrat Yamaha. Tiens, justement, quid de l’avenir de Maverick Viñales ? Il répond à Speedweek: « je compte clarifier rapidement mon avenir. Le résultat de Jerez m’aide dans ma réflexion. Les pilotes Yamaha font premier et second et nous cinquième et sixième. J’ai confiance en Suzuki mais ils doivent aussi me fournir des garanties pour des résultats ».

Du coup, les tests à venir dès ce lundi ne seront pas anodins : « nous aurons beaucoup de travail à faire car je glissais beaucoup tandis qu’avec Le Mans, le Mugello et Barcelone arrivent des tracés que j’apprécie. Nous devons travailler dur et rester concentrés. Ici, huit secondes nous séparaient du podium ». Compter deux secondes de moins pour Aleix Espargaró. On notera que les Suzuki ont fait leur Grand Prix d’Espagne sans ailerons et avec une combinaison de gommes medium avant et arrière.

Tous les articles sur les Pilotes : Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar