Alors qu’il effectue actuellement la saison British Superbike avec le Hawk Racing Suzuki, Sylvain a été convié par l’équipe officielle MotoGP à la rejoindre pour remplacer Alex Rins à l’occasion du Grand Prix de France, et de ceux qui suivent en attendant le rétablissement complet de l’Espagnol.

Guintoli nous parle ici des 37 tours qu’il a couverts lundi, la journée du mardi consacré à des essais privés étant confidentielle.

« J’ai eu beaucoup d’appréhension », a déclaré Guintoli, seulement 2,6 plus lent que le temps le plus rapide de Maverick Viñales. « C’est compréhensible parce que je n’ai pas piloté une machine de MotoGP, ni utilisé de pneus Michelin depuis longtemps. Je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre. La moto était super. C’est un joli petit missile.

« 2.6 c’est proche et c’est loin ! Pour être honnête, je pensais être beaucoup plus loin que ça. Je ne suis pas surpris, mais je suis surpris de la moto et de la puissance qui est énorme. Il y a de la puissance partout. Et elle est contrôlée et délivrée d’une manière unique. À cet égard, c’était très impressionnant. Alors le travail pour moi maintenant va être de travailler sur le feeling, surtout avec le pneu avant, pour mieux comprendre.

« Je ne voulais pas prendre trop de risque. Mais nous allons devoir y arriver à un moment donné et je vais devoir comprendre. C’est notre prochaine étape maintenant.

« La dernière fois que j’ai utilisé des Michelin, c’était en 2002 et j’étais sur une 500 deux-temps. Et depuis, j’ai eu beaucoup de chutes sur la tête. Je ne me souviens pas si bien !

«  C’est une belle moto et je n’ai vraiment pas voulu faire d’erreur tout de suite. À cet égard, j’ai été un peu intimidé et ils m’ont donné confiance. Donc, tout se passe très bien. »

 

Photo © Suzuki

Source : crash.net