Le Français devient le premier pilote à conserver sa couronne mondiale depuis l’introduction du Championnat Moto2 en 2010.

Johann Zarco entame sa carrière en Red Bull MotoGP Rookies Cup en 2007, une formule de promotion qu’il remporte. Il marque son entrée en Championnat du Monde en 2009 par la 125cc. Après deux saisons d’apprentissage, le Français rejoint l’équipe d’Aki Ajo, bien connue du paddock.

Au guidon d’une Derbi, le Français s’illustre en se hissant sur le podium à 11 reprises dont 1 victoire. Le titre face à Nico Terol se dispute jusqu’à la dernière course à Valence, mais le Français s’incline face à son rival espagnol et termine sa carrière 125cc sur un titre de vice-Champion en 2011.

L’année suivante, Zarco rejoint la catégorie Moto2 au guidon d’un Motobi de l’équipe JiR. Dixième du classement avec 95 points, Zarco fait son entrée en 2013 dans la structure IodaRacing de Giampiero Sacchi, sur une Suter fraîchement titrée entre les mains de Marc Marquez la saison précédente. Zarco parvient à signer ses deux premiers podiums en catégorie intermédiaire pour conclure la saison en neuvième position.

En 2014, le tricolore change d’équipe et intègre la prometteuse équipe Caterham. Toujours au guidon d’une Suter, le tricolore signe quatre nouveaux podiums en Catalogne, à Misano, en Aragón et à Valence, des résultats qui lui permettent de finir la saison à la sixième place.

C’est en 2015 que Zarco trouve la consécration en rejoignant son ancienne structure gérée par  Aki Ajo qui décide d’aligner pour lui une Kalex en Moto2. Après avoir manqué une première couronne mondiale ensemble en 2011, le duo Ajo et Zarco s’illustre avec pas moins de 8 victoires et 14 podiums sur le chemin de son premier titre mondial, face à Tito Rabat, Champion du Monde en titre. Le Français remporte la couronne au Japon sur le tracé de Motegi, en l’absence de l’Espagnol blessé.

Fort de ce titre et malgré des offres en MotoGP, Zarco choisit de rester en Moto2 une saison supplémentaire plutôt que de monter en catégorie reine qui ne lui offre pas la place suffisamment compétitive qu’il souhaitait.
Si la saison 2016 ne commence pas sous les meilleurs auspices en raison d’un départ volé au Qatar, le Français retrouve la victoire dès l’Argentine avant un nouveau podium à Austin. Il part à la faute au Mans laissant son rival Alex Rins prendre l’ascendant au classement.

Deux victoires coup sur coup, au Mugello puis à Barcelone, et le pilote originaire de Cannes égale son rival espagnol au classement provisoire avant de prendre l’avantage en Allemagne. Après un nouveau succès en Autriche, Zarco possède alors 34 points d’avance sur Rins, mais s’incline ensuite à Brno. Pire, Silverstone le voit inscrire un résultat blanc après avoir embarqué et fait chuter Sam Lowes. A Misano et Aragon, le pilote français concède encore quelques points à Rins et l’Espagnol entame la tournée outremer avec seulement un point de retard au classement, malgré les séquelles d’une clavicule cassée. Au Japon, Rins chute dans le premier tour et compromet ses chances au championnat. Assisté par Gilles Bigot, chef mécanicien de renom à l’origine du titre d’Alex Criville en 2000, Luthi signe deux victoires coup sur coup au Japon puis à Phillip Island pour revenir à 22 points du pilote français.

En Malaisie, le Français avait “seulement besoin” de gagner pour remporter la couronne, “C’est l’option la plus simple,” confiait Zarco samedi soir. “Mais c’est plus simple à dire qu’à faire. Nous verrons.”

Et pourtant, il l’a fait aujourd’hui, malgré des conditions de piste très délicates, allant chercher ce deuxième titre avec panache alors qu’il aurait pu se contenter de finir derrière Morbielli et Folger.

Quelques chiffres et faits sur Johann Zarco

137 : nombre de départs (87 en Moto2, 50 en 125cc)

15 : nombre de victoires (14 en Moto2, 1 en 125cc)
40 : nombre de podiums (29 en Moto2, 11 en 125cc)
18 : nombre de pole positions (14 en Moto2, 4 en 125cc)
1356 : nombre de points marqués (985 en Moto2, 371.5 en 125cc)
35 : nombre de première ligne en Moto2 (à égalité avec T. Rabat)
14 : nombre de pole positions en Moto2 (à égalité avec P. Espargaro et M. Marquez)
960 : nombre de points en Moto2, 3e derrière T. Rabat (989) et T. Luthi (1240)
201 : nombre de tours en tête dont 46 en 2016

Crédit photo : Mediaset

Tous les articles sur : Johann Zarco