Après une première demi-saison modeste, ponctuée par un seul podium au Grand Prix de Jerez, Jorge est monté sur la troisième marche de ce podium en Aragon, puis la deuxième en Malaisie. Il ne remportait aucune course, quand son coéquipier gagnait six Grands Prix.

« Non seulement mes attentes ont changées, explique Jorge, mais toute l’équipe a maintenant des ambitions plus élevées. »

« Nous sommes définitivement convaincus que nous pouvons gagner le Championnat du Monde MotoGP. Tout d’abord avec Andrea, car il s’est battu pour le titre jusqu’à la fin de 2017, même si ça n’a pas marché à la fin. »

« L’équipe croit que la victoire en 2018 sera réalisable pour nous. Je suis impatient de vivre la saison à venir. Cela pourrait être la meilleure saison de Ducati, avec deux pilotes en lice pour le titre. C’est mon souhait. Je travaille à cet objectif. »

Est-ce que cette année vous mettra plus de pression que l’année dernière ? Parce que votre contrat bien rémunéré expire.

« Je suis déjà économiquement bien loti et je n’ai plus à courir. Heureusement je peux le faire maintenant, car la course de motos est ma passion. »

« Quoi qu’il arrive, j’ose espérer redevenir compétitif en 2018. Et je pense que je vais continuer après cette saison. Si Ducati voulait me garder après la saison 2018, cela me rendrait très heureux. »

« Il est encore très tôt cette année. Jusqu’à présent, nous n’avons pas négocié avec Ducati pour la période après 2018. Mais cela arrivera tôt ou tard. Ensuite, on verra ce qui en sortira. Vous ne pouvez jamais être sûr. Mais j’ai terminé la Coupe du monde 2017 à un niveau élevé, mais pas aussi élevé que je l’imaginais. »

« Je veux retrouver la forme que j’ai eu sur Yamaha à ma meilleure époque. Et j’espère atteindre cet objectif – même avec Ducati. J’espère pouvoir lutter pour la victoire au Qatar. »

Vous avez souvent dit en 2017 que vous deviez changer de style de pilotage sur la Ducati. Ce processus est-il terminé ? Tirez-vous déjà le meilleur parti de votre Desmosedici ?

« Non, le processus d’apprentissage n’est jamais terminé. Yamaha n’a jamais cessé d’améliorer et d’adapter mon style de pilotage au cours des neuf dernières années. Si vous ne perdez pas la volonté et la curiosité, vous serez toujours capable d’apprendre. Jusqu’à ce que je décide de démissionner, rien ne changera. Je vais toujours essayer d’apprendre de nouvelles choses. En 2017, j’ai beaucoup changé mon style de conduite, j’ai beaucoup appris pour mieux maîtriser la Ducati. Mais mes compétences de pilotage ne seront jamais complètes. »

« Je pense que j’ai beaucoup fait l’année dernière pour m’adapter à la moto. Je pense que ce sera différent cette année. Je soupçonne que la Ducati 2018 sera améliorée pour mieux me convenir que la version 2017. Ensuite, je ne serai pas seulement rapide dans le freinage, l’accélération et sur la ligne droite, mais aussi au milieu de la courbe. »

Photo © Ducati

Source ; Speedweek