Avec une unique victoire en Grand Prix (Valence 2010 en Moto2), Karel Abraham n’est certes pas un des meilleurs Top Gun, mais le garçon est sympathique et, comme tous les pilotes de Grand Prix, possède néanmoins un sérieux coup de guidon.

Arrivé en Mondial en 2005, il en a gravi toutes la marches avec le team paternel, jusqu’à débarquer en MotoGP en 2011. Sérieusement blessé à plusieurs reprises, il a quitté la catégorie reine courant 2015 après une demi-saison blanche pour faire une année 2016 en Superbike.

De retour en MotoGP, mais cette fois au sein du team Aspar, le pilote tchèque a répondu à quelques questions dans un communiqué diffusé par le team espagnol.


“Je suis vraiment enthousiasmé de commencer ce nouveau défi”

Karel Abraham est de retour dans le paddock MotoGP après s’en être éloigné durant une année. Le pilote tchèque revient dans la catégorie reine plein de détermination et d’enthousiasme pour piloter sa moto favorite, une Ducati, qui, il l’espère, lui apportera le plaisir en piste pour que, selon ses dires, les résultats suivent.

Maintenant que la nouvelle année est en cours et avec une saison entière devant nous, qu’attendez-vous de 2017 ?

“J’espère avoir une moto compétitive qui fonctionne. J’attends vraiment avec impatience le début de la nouvelle saison. Par le passé, quand j’ai fait mes débuts en MotoGP, il y a six ans maintenant, c’était sur une Ducati. C’était ma moto favorite et revenir sur une Ducati m’enthousiasme vraiment pour commencer ce nouveau défi.”

Comment s’est passé votre retour dans le paddock MotoGP ?

“C’est agréable d’être de retour. Je pourrais en parler pendant des heures, mais quand je suis parti en World Superbikes, c’était parce que je n’avais pas de bonne option pour rester en MotoGP. Mais cela n’a pas fonctionné comme nous l’avions espéré, et j’ai dû finalement quitter l’équipe; je ne pouvais pas rester là. Pendant la saison dernière, nous avons vu qu’il y avait une occasion de revenir en MotoGP avec l’Équipe Aspar et c’est ce que j’ai voulu. C’est là où j’ai grandi, puisque j’ai débuté dans le Championnat du monde à 15 ans. Je préfère être en MotoGP, je pense que c’est en partie parce que j’y suis plus habitué.”

A quel point la moto a-t-elle changé depuis 2011 et 2012 ?

“C’est une moto différente. Malheureusement, pendant ces deux saisons, l’usine a été accaparée à faire un changement complet. Lors de ma première saison, le moteur faisait toujours partie de la partie-cycle (moteur porteur). Puis, l’année suivante, nous avons eu des châssis en aluminium, normaux. En me trouvant ainsi au milieu d’un si grand changement pendant cette période, la moto n’a pas fonctionné. Cette moto est très différente, je m’y sens bien et j’ai plus de confiance parce que je sais comment elle répondra. Ce n’était pas le cas auparavant.”

Que sont les points forts de la Ducati ?

“Ducati a toujours été une usine qui produisait des moteurs puissants, et peut-être est-ce le point le plus fort de la moto. Mais il n’est pas facile de la comparer avec le reste des motos parce que j’ai seulement eu quatre jours de tests et l’un d’entre ceux-là était sur la GP14. Tous les pilotes n’étaient également pas présents à Jerez. Il est difficile de faire des comparaisons tout de suite. Pour moi, la moto est incroyable mais il est encore trop tôt répondre à cette question correctement.”

Quel est votre objectif principal pour cette saison ?

“C’est une question à laquelle il est difficile de répondre en janvier. Pour faire simple, je voudrais prendre du plaisir en piste. Quand un pilote se fait plaisir, les résultats ne sont habituellement pas mauvais. Mais là, tout de suite, c’est difficile de  dire ce que serait un bon résultat. La première place est un bon résultat, mais dans des conditions normales, nous en sommes encore loin. Vous pourriez dire que la onzième place est un bon résultat … mais dixième est toujours mieux. Et si tout le monde s’améliore vraiment ? Alors peut-être que quinzième serait un bon résultat. Dans l’immédiat, je veux juste être heureux en courant, et si cela arrive, les résultats seront bons.”

Traduction Paddock-GP

Tous les articles sur : Karel Abraham