Le team espagnol Provec Racing représente depuis 7 ans Kawasaki en championnat du monde Superbike.

Après avoir remporté quatre titres mondiaux pilotes, un avec Tom Sykes (2013) et trois grâce à Jonathan Rea (2015, 2016 et 2017), ainsi que quatre titres constructeurs, l’équipe connaît parfaitement la discipline.

Elle est dirigée par les frères Guim et Biel Roda et leur cousin Àlvar Garrigaun, et dispose d’un budget annuel d’environ sept millions d’euros, dont cinq proviennent de Kawasaki, en motos, matériel et salaires des pilotes, et deux sont apportés par les sponsors.

Après les derniers essais à jerez, où les Kawasaki rivalisent à peu de choses près avec les MotoGP, Biel Roda, responsable du marketing et copropriétaire du team, explique sur le site Green Box pourquoi l’usine Kawasaki privilégie le Superbike au lieu du MotoGP…

«Pour une saison en MotoGP, il faudrait au moins 45 millions d’euros. Il y a des équipes qui dépensent beaucoup plus, mais ce sont des chiffres approximatifs parce qu’il y a une partie ingénierie difficile à quantifier. Techniquement, en MotoGP vous pouvez faire beaucoup plus de changements et vous ne pouvez pas partir d’une moto de série comme en Superbike. Par exemple au niveau du châssis, d’après ce qu’une équipe de test peut décider, un châssis est commandé à un consultant externe. En Superbike, ce n’est pas possible. La même chose arrive avec les moteurs. Ils peuvent travailler avec différentes configurations, angles, électronique etc. Ils ont également la possibilité de faire de la soufflerie.

Nous n’avons rien à envier au MotoGP. En Superbike, vous pouvez être dans une structure plus économique et travailler sur un projet pour lequel l’usine, dans ce cas Kawasaki, pourra vendre des milliers d’unités d’une moto comme la nôtre. Cela n’arrive pas en MotoGP. »

Mais au niveau marketing et impact, sans aucun doute et surtout en Espagne, le MotoGP est de loin supérieur à Superbike…

« En Italie, samedi et dimanche, les courses sont regardées par plus d’un million de téléspectateurs, 900 000 dans une mauvaise course, en Espagne 250 000 dans une bonne course. »

Selon l’Espagnol, les spectateurs du Superbike sont différents de ceux du MotoGP…

« Nous nous adressons à tous ceux qui veulent acheter une Kawasaki. Le MotoGP a beaucoup d’aspects différents, comme le fait qu’une dame de 60 ans connaisse Marc Márquez ou Valentino Rossi. Cela n’arrive pas en Superbike. Dans le cas du MotoGP, une entreprise comme Movistar investit pour que le public puisse acheter une émission télévisée pendant que le public de Superbike achète une Kawasaki. La femme de 60 ans qui rencontre Rossi n’est pas un public cible pour Kawasaki. Et cela arrive aussi avec nos sponsors, avec Akrapovic ou Motocard. Ce sont des entreprises spécialisées dans le monde des motos qui atteignent l’utilisateur grâce à une équipe comme la nôtre. »

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :