Aujourd’hui, la performance des MotoGP est très dépendante de leur capacité à accélérer en sortie de virage. Bien sûr, elles sont aidées en cela par l’électronique, mais la tâche de passer la puissance au sol est d’autant plus ardue que le moteur est puissant et brutal.

Pour résoudre cela, Honda a essayé puis adopté in extremis un moteur Big Bang pour cette saison.

KTM, qui restait donc la seule marque équipée avec un moteur Screamer, vient d’en faire autant, après des essais prometteurs au Mans confirmés lors du Grand Prix de Jerez.

Kurt Trieb, l’ingénieur qui conçoit tous les moteurs de course chez KTM) a dévoilé au site Speedweek le comment du pourquoi…

Fin mars, vous avez dit que cela prendrait trois mois à compter de la décision pour mettre un moteur Big Bang en piste. Depuis, moins de trois mois se sont écoulés. Vous aviez donc déjà ce concept à l’œil depuis un certain temps?

« Oui. Nous y avons d’abord pensé lors du test au Spielberg, à la mi-juillet 2016. »

Mais Spielberg est un circuit d’accélération où les inconvénients des Screamers ne se sont pas si clairs ?

« Néanmoins, la différence était évidente. Là, on a commencé à y penser. »

Honda a remporté le championnat du Monde 2016 avec un moteur Screamer. Mais aviez-vous remarqué les pilotes KTM ne pouvaient pas remettre les gaz en sortie de virage si rapidement que les pilotes Yamaha, Aprilia, Ducati et Suzuki, qui avaient déjà des moteurs Big Bang ou équivalents?

« Oui, l’accélération en sortie de virage était un point faible depuis le début. Au Spielberg, nous étions pour la première fois avec tous les concurrents, ensemble sur la piste. Là on a vu distinctement, comment pouvaient accélérer les autres, en particulier la Ducati. »

Après Spielberg, combien de temps s’est passé jusqu’à la décision de faire un Big Bang ?

« C’était quelque part en automne. Dès ce moment là, nous avons conçu et ordonné la fabrication des pièces. »

En tant que nouvel arrivant, KTM peut utiliser neuf moteurs par pilote au lieu de sept pour les autres. Il y a une chance que KTM puisse faire tous les 18 Grand Prix avec ce quota?

« La ligne de conduite officielle est claire: 2017 est une année d’essai pour KTM.
Et maintenant , nous testons différentes configurations de moteur. Mais il est clair que si les pilotes ont décidé de faire quelque chose, il est logique de poursuivre dans cette voie. » (ndlr: on remarque que la réponse est vague mais, pour rappel, KTM est prêt à partir de la pit-lane quand il aura utilisé son quota de moteurs)

Bradley Smith a dit que le Big Bang était l’avenir. Êtes-vous d’accord avec lui? Avec le Screamer, la dixième place n’aurait pas été possible en FP2, surtout sur le tortueux circuit de Jerez?

« Oui, il semblerait que la nouvelle configuration apporte un avantage. »

Durant les essais hivernaux, Honda a testé son Big Bang environ 20 jours avec 6 pilotes et ne savait toujours pas s’ils allaient l’utiliser cette saison, dix jours avant le Grand prix du Qatar. Pour vous, deux ou trois heures, mardi dernier au Mans, ont suffi à rendre ce moteur mûr pour la course ?

« Non … (rires un peu gênés). C’était une surprise, que cette configuration fonctionne très bien. »

On dit que le Big Bang consomme plus de carburant.

« Oui, c’est vrai. Combien exactement ? Nous ne savons pas. Peut-être que cela fera un litre pour la distance de la course; cela dépend aussi du circuit. Mais au final, c’est un moteur moins efficace, donc il a besoin de plus de carburant. »

177955_pol-espargaro-ktm-rc16-pit-lane-jerez-2017

Crédit Photo : Copyright: © Sebas Romero KTM Médiathèque

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :