Décidément, Radio Deejay est un lieu qui semble incontournable pour les pilotes italiens. Après y avoir accueilli très longuement Valentino Rossi cet hiver, et l’avoir encore interviewé la semaine dernière, la radio transalpine a recueilli les déclarations de Loris Capirossi peu après, à l’occasion de la présentation de son livre « 65, Ma vie sans peur », juste avant de s’envoler pour l’Argentine.

Le champion du monde 125 cm³ 1990, qui défend aujourd’hui la sécurité des pilotes au sein de Dorna, a à la fois revisité le passé, expliqué le présent et envisagé le futur (voir les vidéos ici).

Du passé, il essaie de tirer des enseignements de ses chutes : “quand vous tombez, vous devez avoir la tête froide et l’espoir de ne pas trouver d’obstacle ou la moto sur votre trajectoire, et surtout attendre. Si vous réagissez et que vous voulez essayer de vous relever, vous vous blessez. La vitesse est toujours très élevée, donc vous devez attendre. Si vous perdez l’avant, c’est facile, le problème survient si vous perdez l’arrière et que vous faites un highside, dans ce cas, vous êtes projetés en avant et il faut seulement penser que vous allez bientôt toucher le sol. “

Capirex continue dans le domaine sécuritaire en évoquant comment doit être son casque : ” il est très serré ; nous disons toujours que lorsque vous ouvrez la bouche puis la fermez, vous devez vous mordre les joues. Le casque doit être très ajusté. Nos casques sont faits sur mesure, sur nos têtes. “

L’ex-pilote Suzuki remarque par ailleurs que les pilotes d’aujourd’hui rencontrent des problèmes inconnus par le passé : “de nombreux pilotes ouvrent le canal carpien pour donner l’occasion au muscle de travailler mieux, mais je l’ai jamais fait, parce que je ne l’ai jamais eu ce genre de problème. C’est une chose qui arrive si vous vous entraînez trop. “

Sur son activité actuelle, Loris Capirossi y trouve tous les motifs de satisfaction : ” j’aime vraiment ce que je fais, parce que j’ai une excellente relation avec les pilotes. En fait, je suis un pilote, donc j’essaie toujours de leur donner un coup de main. Je ne veux absolument pas faire quelque chose que je pense être dangereux. Nous avons fait d’énormes progrès. Avec Franco Uncini, nous avons fait dépenser des dizaines de millions d’euros pour la sécurité des circuits, et je dois maintenant dire que nous sommes à un bon niveau . “

Enfin, quand on évoque la saison actuelle, le sympathique italien envisage que la rivalité annoncée Vinales/Marquez puisse profiter à Valentino Rossi : ” je pense que cela se jouera entre Marquez et Vinales, cependant, ils peuvent se gêner l’un l’autre, et peut-être que dans ce cas, Valentino qui est là et attend cela en retrait, peut remporter son dixième titre.  La relation entre les deux espagnols n’est pas très bonne, ils ont grandi ensemble et se bagarrent depuis l’enfance. Rossi est toujours là et pourrait en profiter en toute sécurité. “

 

 

65

Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez, Maverick Vinales, Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Movistar Yamaha MotoGP, Repsol Honda Team