Les techniciens de Yamaha se sont rendus compte que leur hiver ne serait pas facile dès les tests de Sepang fin janvier, où Maverick Vinales terminait septième et Valentino neuvième, à plus d’une demi-seconde. Buriram fut encore pire, avec l’Espagnol huitième et l’Italien douzième à 0.7.

Lors de la dernière séance de tests à Losail avant le premier Grand Prix, l’espoir revenait avec Rossi deuxième et Vinales cinquième. Sur ce circuit où Yamaha avait remporté cinq des six dernières éditions, cela semblait logique et prédictible.

Mais la fête fut de courte durée car on nota samedi au classement confondu des trois séances d’essais libres que Rossi était neuvième et Vinales onzième, ce qui l’obligeait à passer par la Q1. La qualification ne fut pas un triomphe avec Valentino huitième et Maverick douzième (tandis que Johann Zarco était en pole). Marc Marquez avait beau déclarer « Rossi sera là demain », tout le monde n’en était pas persuadé.

Quand le moment de vérité fut venu, Valentino bondit en quatrième position dès le départ, loin devant Maverick quatorzième. Rossi ne lâchait absolument rien, doublait Dani Pedrosa, puis menait la vie dure à Johann Zarco et Marc Marquez (qui avait raison la veille ?) tandis qu’Andrea Dovizioso venait se joindre à la lutte pour la victoire.

Valentino fit une course magnifique qui lui valut de monter sur la troisième marche du podium, à seulement 0.797 de Dovizioso, tandis que Vinales remontait comme un obus et terminait sixième à six centièmes de Petrucci.

Pour le team manager de l’équipe Movistar Yamaha Massimo Meregalli, cité par Tuttomotoriweb.com, « la présence de Rossi sur le podium a été due à 60% à Valentino et à 40% aux améliorations apportées après le warm up ». L’amélioration de l’électronique au niveau du frein moteur a également été largement confirmée par l’excellente remontée de Maverick Vinales en course.

« Valentino a fait un départ fantastique, ce qui était fondamental pour garantir la troisième place, a déclaré le manager de l’équipe Yamaha. Il a fait un excellent travail en restant dans le groupe de devant, alors que le rythme était élevé et il n’a terminé seulement qu’à 0,797 de la première place.

« Maverick a eu une tâche difficile en partant de la quatrième ligne, mais dès qu’il a eu une piste claire devant lui, il a réussi à garder un bon rythme. Il a enregistré des tours en petites 1’55, ce qui lui a permis d’atteindre le groupe de tête.

« La forme montrée par nos deux pilotes est très motivante pour l’équipe, surtout après un départ difficile pour le GP du Qatar.

« Je voudrais remercier nos pilotes, membres de l’équipe et ingénieurs pour leur travail acharné.

« Nous visons à continuer à travailler de cette manière en Argentine dans trois semaines. »

Photos © Yamaha