Les deux pilotes officiels Yamaha Valentino Rossi et Maverick Vinales ont attribué leurs résultats perfectibles en 2017 à l’électronique, qui n’était pas aussi performante que souhaité, surtout lors de la deuxième moitié de la course quand la dégradation du pneu arrière devenait trop importante.

Evidemment, cela ne pouvait pas réjouir Matteo Flamigni, qui s’occupe de l’électronique de Rossi, et qui n’a pas entendu à son sujet que des commentaires flatteurs. Arrivé avec Max Biaggi dans l’équipe d’usine Yamaha à la fin de 1999, Flamigni est au service de Rossi depuis 2004 et a également été impliqué pendant les deux années Ducati.

Comme Matteo l’a expliqué récemment dans Motorsport-total.com, « Un très bon point entre moi et Valentino est que dès le début, je lui explique tout sur l’électronique, le fonctionnement du système, et les paramètres que nous pouvons changer. »

« Ensuite, il est très facile pour lui d’expliquer ce qu’il veut et souhaite du logiciel, il connaît assez bien le logiciel pour me dire en quelques mots ce qu’il veut. »

« Cela rend la coopération beaucoup plus facile, souligne Flamigni. « On a grandi ensemble au fil des ans et maintenant on est une équipe bien préparée. « Habituellement, Valentino est très direct en me disant ce qu’il faut pour être plus rapide sur la moto. À chaque séance, il me demande des modifications, il veut améliorer telle courbe, il veut améliorer le frein moteur, le contrôle de la traction.

« Je peux généralement répondre à cela très rapidement, nous travaillons très bien ensemble et il m’écoute très attentivement, et quand je vois quelque chose dans les données qui peut être amélioré, je fais une suggestion et il accepte habituellement.

« Valentino sait toujours quelle cartographie j’ai placée dans le boîtier de la moto » explique Flamigni, qui révèle que trois de ces cartographies sont généralement utilisées dans une course.

« Parfois, vous ne modifiez la cartographie qu’une fois, si le pneu ne se dégrade pas beaucoup, mais généralement deux fois », dit Flamigni, qui loue Rossi sur ce point : « Il change toujours au bon moment. Il sait quand le pneu arrière cède ou que les conditions changent, il est capable d’anticiper ça. »

Photos © Yamaha