Sans aucun parti pris, il semble que Jorge Lorenzo ait commis une petite maladresse en qualifiant à Misano le dépassement de son coéquipier “d’agressif”. A ce jour, personne ne lui a emboîté le pas et, au contraire, Mike Webb, Giacomo Agostini, Marco Lucchinelli, Carlo Pernat, Andrea Dovizioso et Marc Marquez se sont rangés à l’avis opposé (nous vous avons épargné la totalité des déclarations).

Pour le pilote majorquin, les “renforts” viennent donc du seul Gigi Dall’Igna qui l’accueillera l’année prochaine comme pilote #1 au sein de Ducati Corse.

Cependant, l’ingénieur italien sait prendre de la hauteur et aborder la situation avec pragmatisme, sans pour autant se mouiller : “Les polémiques font partie du jeu. Nous vivons dans un monde où il suffit de peu pour les allumer, et ce ne sont pas les meilleurs rapports possibles. Cependant, je ne vois pas cela comme un aspect important. C’est, permettez-moi de dire, pour les journalistes et pour les fans. Mais pour moi, non.”

En portant son regard sur l’année 2017, le Directeur Général de Ducati Corse anticipe : “Je ne crois pas que de le (Lorenzo) voir sur une Ducati lui fera éviter les sifflements. Il est clair que d’être contre Valentino, le pilote le plus populaire depuis longtemps, c’est difficile pour tous. Cependant, il est également vrai qu’il y a un travail à faire. Et cela dépend surtout de Jorge. Chaque pilote doit être intelligent pour donner le juste poids à certaines choses et essayer de les changer.”

Finalement, s’agit-il d’un renfort ou d’une leçon de communication?

 

Tous les articles sur :