Le patron des troupes chez Suzuki Davide Brivio ne manque jamais une occasion pour signifier que si son pilote actuel Aleix Espargaro n’a jamais été une option dans la constitution du team pour les prochaines saisons, c’est parce qu’il n’a pas le niveau requis. Pourtant, au Motegi, le frère aîné de Pol ne s’est pas fait prier pour dominer lors des essais son équipier Vinales, dont on pense le plus grand bien, avant de rendre les armes pour moins d’une seconde en course.

Cette quatrième place finale conquise à partir de sa sixième position qualificative est le meilleur résultat de l’année de l’Espagnol. Pas mal, mais Aleix a un goût d’inachevé en échouant ainsi si près d’un podium que lui a soufflé son jeune et talentueux binôme : « je suis déçu du résultat final car je m’attendais à un peu mieux. Pour la première fois de l’année, j’ai pu rester assez proche de la tête de course, tout en me battant pour le podium. C’est dommage, j’y étais presque. J’ai tout essayé mais je décroche finalement la quatrième place ».

Il détaille : « j’ai pris un bon départ mais au départ, je n’ai pas pu suivre les Yamaha. Ensuite, j’ai pu suivre le rythme de Valentino Rossi et de Jorge Lorenzo. J’en suis satisfait, car c’est la première fois de l’année que j’y arrive. Je me sentais de mieux en mieux avec mon pneu avant mais j’ai sans doute chauffé un peu trop l’arrière. Vers la fin de course, je n’avais plus de traction et je ne pouvais pas attaquer comme je le voulais. Mais on a fait des progrès avec l’avant car je pouvais piloter de manière agressive ».

« Je suis content que la prochaine course se déroule dès le week-end prochain. Nous tâcherons de rester concentrés pour continuer sur notre lancée. Je ferai de mon mieux pour monter sur le podium avant mon départ de Suzuki. Une chose est certaine, la GSX-RR a fait de gros progrès. Nous ne sommes plus loin d’avoir une des meilleures motos du plateau. Yamaha, Ducati et Honda sont encore un peu mieux dans certains domaines, mais dans l’ensemble la Suzuki est déjà très proche. Les résultats de Maverick l’ont démontré. Il n’aurait pas pu les obtenir sans une bonne moto ».

Tous les articles sur : Aleix Espargaro