Andrea Dovizioso avait pourtant prévenu sur les ondes de GPOne au reçu de la nouvelle d’un Barbera remplaçant son habituel binôme Iannone encore convalescent : passer de la GP14.2 à la GP16 ne sera pas une mince affaire. Une aventure vécue en ce premier jour au Motegi par le pilote Avintia qui reconnaît découvrir un tout autre monde.

Dans le même temps, c’est un message aux autres pilotes privés Ducati. La GP16 ne se laisse pas dominer comme ça. Le forfait de Iannone aurait pu nous offrir un retour provisoire de Stoner qui a décliné l’offre. Petrucci aurait pu être de la partie mais ses dernières performances et sa lutte avec son équipier Redding pour être le mieux classé au championnat et jouir ainsi de la dernière-née de Borgo Panigale en 2017 n’ont pas offert une conjoncture favorable. Pirro étant à Valence à tester déjà le prochain oups de Lorenzo, il ne restait plus que Barbera. Qui mérite sa chance au vu d’un parcours cette saison qui l’a longtemps mis meilleur des ducatistes au classement général du championnat.

Faisant des étincelles avec la GP14.2, qu’allait-il faire avec la GP16 ? Pour l’instant, c’est une quatorzième place au terme de la première journée au Motegi, à 1.7 seconde de son leader Dovizioso dans le coup pour la victoire. Il explique : « c’est une moto totalement différente. Il n’y a rien de similaire avec ma GP14.2. La suspension, les freins, tout est nouveau. Le matin ne s’est pas trop mal déroulé, mais l’après-midi, j’avais l’impression constante que l’avant voulait se refermer. Mes sensations avec les pneus et la fourche se sont pas très bonnes ».

L’équipier en temps normal de Loris Baz développe : « lorsque je rentre dans un virage, j’ai la sensation que l’avant va se coucher. Mais je travaille là-dessus et peut-être que demain sera un autre jour. Cette machine est incroyable, le moteur a beaucoup de puissance, les tours minutes se gèrent différemment, tout est inédit. Mais c’est difficile de faire une totale comparaison avec ma moto habituelle car pour le moment, je ne comprends pas vraiment tout de celle-ci ». Un commentaire qui sera sans doute lu avec intérêt par ses collègues du clan satellite Ducati et peut-être par un compatriote qui s’apprête à quitter Yamaha.

Tous les articles sur : Andrea Dovizioso, Hector Barbera