Ce premier jour du Grand Prix du Japon aura particulièrement été douloureux pour deux pilotes. L’un, Dani Pedrosa est reparti en Espagne pour se faire opérer d’une clavicule. L’autre, Eugène Laverty, est à l’hôpital pour un scanner.

C’est une terrible figure que nous a offert un Dani Pedrosa au terme de la seconde séance d’essais libres dans le virage 11 du tracé du Motegi. Un catapultage en règle de sa Honda et c’est même une sorte de miracle qu’il s’en soit relevé seul. Relevé, mais avec une clavicule droite brisée. La fin de partie venait d’être prononcée pour l’équipier de Marc Márquez.

Dani Pedrosa est déjà dans un avion en direction de l’Espagne où l’attend l’incontournable docteur Mir qui recollera les morceaux. Eugène Laverty, lui, est encore au Japon, à l’hôpital, où il subit un scanner. L’Irlandais a chuté dans le virage 6 et a joué au pantin désarticulé un moment dans le bac à graviers. Evacué sur une civière, on soupçonne une commotion cérébrale pour le pilote Aspar.

 

 

On rappellera qu’après le Japon, ce sont l’Australie et la Malaisie qui s’enchaînent au calendrier du MotoGP. Autant dire que pour Pedrosa, le retour sera compliqué avant la dernière manche à Valence.

Tous les articles sur : Dani Pedrosa, Eugene Laverty