Binder a connu une saison de Moto3 idyllique qui l’a conduit jusqu’au titre suprême. Officiel KTM, il a logiquement été promu à un poste en Moto2 pour poursuivre son parcours avec un châssis sorti des usines autichiennes. Une découverte qui a tourné à un apprentissage à la dure pour le Sud-Africain qui a lourdement chuté aux tests de Valencia, se fracturant un bras.

Sept victoires, six pole-positions et quatorze podiums en dix-huit courses, voilà la parcours idéal effectué par Brad Binder cette année en Moto3. Il aurait pu profiter de ses derniers instants de compétition en découvrant la Moto2 avant de partir en vacances, mais c’est un accident qui l’attendait au détour d’un virage de Valencia.

Une chute qui a entraîné une fracture et une luxation au niveau de son avant-bras gauche. Direction l’hôpital de Barcelone situé dans les parages et rencontre avec l’incontournable docteur Mir qui n’a de cesse de redonner des couleurs aux pilotes blessés. Pour quel résultat ? « Brad Binder souffrait d’une fracture du radius gauche et d’une luxation du cubitus au niveau du poignet ; une blessure plus connue sous le nom de ‘Galeazzi Fracture’ » commente le toubib.

« Concernant le radius, celui-ci était très déplacé. Nous avons donc dû poser une plaque accompagnée de sept vis. En faisant ceci, le cubitus s’est ainsi remis en place lui aussi. Il a une petite lésion de la membrane interosseuse, qui devrait retarder très légèrement le processus de récupération. Mais son avant-bras devrait être totalement guéri d’ici quatre à cinq semaines ». Bonnes vacances tout de même à Brad Binder.

Tous les articles sur : Brad Binder