Le team Pons HP40 rentre d’Argentine, comme de nombreuses équipes, avec un résultat mitigé. Si Lorenzo Baldassarri a réussi à déjouer les pièges de la météo pour s’offrir un top 5 en course, Héctor Barberá n’est, lui, pas parvenu à s’adapter aux conditions de piste compliquées et revient sans points.


Après une première journée plutôt difficile, Lorenzo Baldassarri est revenu aux avant-postes le samedi, en terminant deuxième de la dernière séance libre ainsi que des qualifications. Parti de la première ligne, il espérait pouvoir s’imposer mais au vu de la détérioration de son pneumatique arrière, il a dû revoir son objectif à la baisse : « Je savais que la course serait difficile avec les conditions mixtes de la piste, il était donc important d’avoir une bonne stratégie. Le début s’est bien passé, j’ai mené la course. J’ai tenté de creuser un écart et de m’échapper mais je n’y suis pas parvenu. Les autres m’ont rattrapé et je suis resté dans le groupe de tête à me battre pour la victoire, mais dans les derniers tours j’ai vu que je manquais d’adhérence avec le pneu arrière et je n’ai pas pu suivre le rythme. »

Malgré ce problème, l’Italien termine quatrième, à seulement cinq secondes du vainqueur, et marque de gros points pour le championnat : « Terminer quatrième après un week-end compliqué est un bon résultat et je souhaite remercier l’équipe pour le travail effectué à chaque séance et en course. Nous continuerons de nous battre à Austin ! »

Pour son coéquipier Héctor Barberá, en revanche, le bilan est plus mitigé. Aux alentours de la quinzième place tout au long des séances libres, il s’est ensuite qualifié dix-huitième. Persuadé de remonter comme il l’avait fait au Qatar, l’Espagnol a malheureusement dû se contenter d’une vingtième place finale en raison des conditions de piste qu’il n’a pas réussi à appréhender. Il reste très objectif sur sa performance et endosse la responsabilité de ce résultat : « Le week-end a été bizarre, avec une piste très compliquée à chaque séance et en course. La moto marchait bien, l’équipe a bien travaillé, mais c’est moi qui ne me suis pas adapté à ces conditions. »

Il est cependant positif pour l’avenir, déterminé à rejoindre son coéquipier aux avant-postes : « Il faut tenir compte de cela pour repartir du bon pied. A présent nous allons à Austin et il faut penser de façon positive et avoir en tête notre objectif, qui est d’être devant et de gagner des courses. »