L’équipe Tech 3 est rentrée de l’Argentine très satisfaite de ce Grand Prix. Elle a, en effet, su éviter les pièges de ces conditions mixtes : Remy Gardner est allé chercher le meilleur résultat de sa carrière, et le rookie Bo Bendsneyder a beaucoup gagné en expérience.


Remy Gardner fait partie des pilotes à s’en être le mieux sortis tout au long du week-end avec les conditions météorologiques compliquées. Quatrième des FP2 et premier des FP3, il s’est ensuite qualifié neuvième, et a bien su gérer sa course pour terminer sixième, un résultat très important pour lui : « Je suis extrêmement content, c’est mon meilleur résultat en Moto2 ! Nous avons eu un week-end solide. Je pense que j’ai vraiment passé un cap, et en plus la moto était un peu meilleure. »

Vraiment satisfait de ce qu’il a accompli durant ce Grand Prix, l’Australien a su garder son calme et analyser la piste pour ne pas se faire avoir : « La course a été dure et j’ai parfois dû prendre des risques en choisissant d’autres trajectoires. Il m’a fallu six ou sept tours pour comprendre où je pouvais attaquer. Le groupe de devant a créé un écart et c’était ensuite assez compliqué de les rattraper. La course a sans aucun doute été longue, je suis resté prudent, seul, mais nous pouvons être vraiment satisfaits. »

Pour son coéquipier, Bo Bendsneyder, le week-end a été plus compliqué. Le rookie a eu du mal à s’habituer à ces conditions et n’a jamais réussi à entrer dans le top 15. Qualifié vingt-cinquième, il a perdu des places en début de course pour finalement remonter en vingt-huitième position.

Après un bon début au Qatar, le Néerlandais a plus souffert en Argentine : « La course a été vraiment difficile. J’ai rencontré des problèmes dès le début, et jusqu’à la fin cela a été dur, un peu plus que sur d’autres pistes. Je n’avais pas la confiance nécessaire pour freiner fort et je ne me suis pas senti à l’aise. »

Le numéro 64 ne se décourage pas pour autant et tire les leçons de ce week-end. En tant que rookie, il a beaucoup de choses à apprendre, et cet apprentissage continuera dès le prochain week-end de course, aux Etats-Unis : « Honnêtement je pense que cela a été l’une de mes pires courses. J’attends le prochain Grand Prix avec impatience maintenant, en espérant que nous pourrons plus progresser là-bas. Vivement Austin. »