C’est en 2004 que les techniciens allemands Klaus Hirsekorn et Alex Baumgärtel se sont associés pour construire la Kalex AV1 que Klaus détruisit à Hockenheim lors d’un spectaculaire high side suivi d’un incendie. Le premier test de la moto suivante fut effectué à Carthagène par Rico Penzkofer en 2007.

La première victoire en course fut obtenue par Damian Cudlin à Schleiz, et la première participation internationale eut lieu lors de l’International Ducati Clubrace d’Assen toujours avec Damian Cudlin. KALEX engineering GbR fut enregistré en tant qu’entreprise en 2008, en comprimant les deux prénoms de Klaus et Alex pour obtenir Kalex.

Les résultats de cette petite entreprise allemande furent remarquables, avec le plus beau palmarès en Moto2. Mais l’inquiétude surgit l’an dernier quand KTM arriva dans la catégorie. Kalex remporta les 15 premiers des 18 Grands Prix, mais KTM frappa très fort lors des trois dernières courses avec trois victoires pour Miguel Oliveira, complétées pas trois podiums pour son coéquipier Brad Binder. L’époque des petits artisans était-elle révolue ? La grosse industrie allait-elle dominer ?

Cette crainte ne fut que passagère quand Francesco Bagnaia, Lorenzo Baldassarri et Alex Marquez composèrent le trio du premier podium de cette année au Qatar, tous sur Kalex.

« KTM a été un point de repère clair pour nous en 2017. Cela a été utile » a affirmé Alex Baumgärtel pour Kalex. « Cette compétition est bonne pour nous, dans tous les cas. Je ne veux pas dire qu’il s’agissait auparavant en quelque sorte d’un vol en aveugle, mais cela ne s’était pas produit au cours des trois dernières années.

« Sans concurrence, vous ne remarquez pas où vous avez encore de grandes ou petites faiblesses. Cela nous a été montré par KTM en 2017 lors des trois dernières courses », a expliqué Alex Baumgärtel dans une interview avec Speedweek.com.

« KTM était alors un point de repère clair pour nous. Sur ces pistes, Phillip Island, Sepang et Valencia, nous avons manqué de quelque chose pendant le dernier tiers de la course.

« Nous attendions des tours rapides tôt dans la course, mais Oliveira et Binder ont été très forts dans les dernières tours. Cette prise de conscience nous a aidés à aller plus loin.

« C’est aussi plus amusant en compétition réelle et cela procure plus de fun et d’adrénaline. Les pilotes vont nous défier en 2018, surtout ceux de KTM. Le pilote est la chose la plus importante dans ce jeu. KTM et nous sommes très bien positionnés à cet égard.

« Chez NTS, par exemple, c’est un peu différent, car avec deux pilotes venant du CEV, ce n’est pas aussi facile comme vous l’avez vu à plusieurs reprises. »

En termes de favoris pour le titre, le patron de Kalex était toujours ouvert : « Imprévisible. Difficile à dire. Les tests n’ont pas été très significatifs en raison du mauvais temps. Vous pouvez sélectionner une poignée de pilotes, mais c’est encore très difficile à prédire. »

Photo de titre © Motogp.com / Dorna

Photo ci-dessus © Kalex 2017 (22 des 32 pilotes Moto2, soient 68,75%, et les 5 derniers Champions du Monde de la catégorie).

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :