Champion du Monde 2016 en Moto3, Brad Binder a peiné en 2017 en raison d’une blessure extrêmement longue à guérir. Après avoir manqué trois Grands Prix en début de saison (Austin, Jerez, Le Mans), il est parvenu à terminer son année de manière exemplaire en finissant deuxième à Phillip Island et Sepang, ainsi que troisième à Valence.

Originaire de Potchefstroom en Afrique du Sud, Brad a débuté en 125 cm3 en 2011 sur une Aprilia de l’équipe RW Racing GP, puis a ensuite gravi les échelons avec régularité pendant cinq saisons en Moto3 (sur Kalex KTM, Mahindra Ambrogio Racing et KTM Red Bull Ajo) pour finalement remporter le titre suprême au sein du team d’Aki Ajo. Il s’était fait remarquer lors de ses débuts internationaux en Red Bull MotoGP Rookies Cup à Estoril en 2011, en menant la course du début à la fin et en s’imposant avec une marge de 15 secondes.

L’an dernier, il aidait à développer la KTM Moto2, et quand il retrouva enfin la santé, il monta sur les podiums des trois derniers Grands Prix derrière son coéquipier Miguel Oliveira.

Mais comment Brad et son frère Darryn sont-ils arrivés en Grand Prix ? « Darryn a vu un jour une photo d’un kart dans un magazine. Il l’a montrée à notre père et lui a dit : « Hé, nous voulons en avoir un ! » Mon père m’a acheté une machine de motocross et un kart pour mon frère, donc c’est de la faute de mon frère ! »

Darryn a suivi de très près les progrès de son grand frère puisqu’ils couraient l’un contre l’autre en Championnat du Monde Moto3. Il n’a donc pas été surpris outre mesure quand Brad a obtenu le titre suprême : « Dès le début de la saison, je pensais que c’était son année. Donc je n’ai pas été surpris en Aragon quand il a été sacré Champion du Monde, parce que je savais que ça allait se passer comme ça.

« Mais bien sûr, après tout le travail effectué, c’était merveilleux. J’étais très content pour lui. C’était aussi bon pour la famille, parce que c’est pour cela que nous travaillons »

« Je ne suis pas jaloux, mais il a placé la barre très haut. Je dois le faire maintenant et obtenir le titre. »

Darryn Binder a intégré le mondial en 2015 au sein de l’Outox Reset Drink Team sur une Mahindra. En 2016, avec l’équipe Platinum Bay Real Estate il inscrivait ses premiers points puis une quatrième place en Australie, son meilleur résultat de l’année. L’an dernier, il terminait 4e au Mugello, mais 19e du Championnat sur sa KTM, toujours chez Platinum Bay Real Estate. En Italie, il manquait le podium pour deux dixièmes.

« Darryn est très volontaire, précisait son frère Brad après la course du Mugello. Il est agréable de le voir récompensé par un bon résultat et j’espère qu’il célèbrera de nombreux succès ».

Photo © Motogp.com, Dorna, GoPro

Source : Speedweek