Cette année, cinq pilotes débutent totalement en Moto2 : Joan Mir, Romano Fenati, Bo Bendsneyder et Jules Danilo arrivant du Moto3 et Zulfahmi Khairuddin arrivant du Supersport. A leurs côtés, il faut rajouter Joe Roberts et Federico Fuligni qui ont fait des remplacements ou des wild cards les autres années, mais qui n’ont jamais couru une saison complète dans la catégorie, réputée difficile. Comment s’en sont-ils sortis au Qatar ?


Force est de constater que la marge est énorme entre les autres catégories et le Moto2, et que plus un pilote a atteint un haut niveau par le passé, plus il a de chances d’être devant. Les deux pilotes s’en sortant le mieux sont, en effet, les vice champion et champion du monde Moto3 2017 : Romano Fenati (Marinelli Snipers Team) et Joan Mir (EG 0,0 Marc VDS).

Aux temps combinés des séances libres, ils ont terminé 10ème et 13ème. En revanche, si en qualifications Fenati a réalisé un chrono incroyable lui permettant de se placer en cinquième position, Mir a rencontré plus de difficultés en ne terminant que 24ème. Enfin, en course la situation s’est de nouveau inversée, puisque l’Espagnol a fait une belle remontée pour terminer 11ème et meilleur rookie, tandis que l’Italien s’est effondré pour terminer 24ème en raison d’un problème de pneus. Les deux pilotes ont néanmoins montré leur potentiel, et devraient vite progresser s’ils continuent à ce rythme. A noter que Joan Mir a terminé à 17 secondes de son coéquipier Álex Márquez, ce qui est peu pour une toute première course. Impossible, en revanche, de faire une comparaison pour Fenati qui est le seul pilote de son équipe.

Derrière eux, Bo Bendsneyder (Tech 3 Racing) a réussi à se maintenir dans le top 20 en terminant 19ème des temps combinés, en se qualifiant 20ème et en finissant la course 18ème, ce qui est encourageant, d’autant plus qu’il ne termine qu’à un peu moins de trois secondes de son coéquipier Remy Gardner.

Pour les autres, c’est plus compliqué. Aux temps combinés des séances libres, Joe Roberts (NTS RW Racing GP) était 22ème, Jules Danilo (SAG Team) 29ème, Zulfahmi Khairuddin (SIC Racing Team) 31ème et Federico Fuligni (Tasca Racing Scuderia) 32ème et dernier. En qualifications la difficulté a augmenté : l’Américain s’est qualifié 27ème, le Français 29ème, l’Italien 31ème et le Malaisien 32ème. Enfin, ils ont terminé la course pratiquement aux mêmes places et les uns derrières les autres : Roberts 25ème, Danilo 27ème, Khairuddin 28ème et Fuligni 29ème sur 30 pilotes ayant franchi la ligne d’arrivée.

Si Joe Roberts termine à 13,5 secondes de son coéquipier Steven Odendaal, prouvant qu’il n’est pas si loin, c’est plus compliqué pour Jules Danilo et Federico Fuligni qui finissent à trente et cinquante secondes de leurs coéquipiers respectifs, Isaac Viñales et Simone Corsi. Zulfahmi Khairuddin est, de son côté, le seul pilote de son équipe.

Ces résultats prouvent bien qu’il faut un certain temps avant de s’adapter à la catégorie Moto2, et que suivant le matériel, l’équipe et le pilote, cela peut prendre plus ou moins longtemps. Il sera donc intéressant de noter la progression de chacun d’ici la pause estivale, chose sur laquelle nous reviendrons d’ici là.

A noter que ces sept pilotes sont tous sur Kalex, excepté Bendsneyder qui est sur Tech 3 et Joe Roberts sur NTS.

A suivre : les déclarations des rookies.

Tous les articles sur les Pilotes : Bo Bendsneyder, Joan Mir, Joe Roberts, Jules Danilo, Romano Fenati, Zulfahmi Khairuddin

Tous les articles sur les Teams :