La saison de Moto2 de Dominique Aegerter n’est plus une situation désespérée, mais elle reste grave. Récemment, Jochen Kiefer s’est voulu très rassurant, laissant entendre que les périls avaient été repoussés, mais le pilote suisse a tenu à brosser un autre tableau qui montre que seulement la moitié du chemin a été faite. 300.000 euros doivent encore être dénichés pour être certain de faire la campagne 2018 avec une KTM.

Sur Speedweek, celui qui aurait dû faire la saison 2018 avec un Sandro Cortese pour le coup définitivement écarté du projet précise : « Je ne veux pas investir toutes mes économies. Seulement la moitié des 600.000 euros nécessaires sont pris en compte par les sponsors. J’ai mis de côté l’argent que j’ai à investir cette saison, si bien que je peux piloter. En théorie, on a tout le budget nécessaire, mais je ne veux mettre toutes mes économies. Si je fais ça, on a toute la somme, mais ce ne sera pas le cas et il faut donc encore trouver ses sponsors. C’est marrant de penser que cet argent serait pour moi et que je serais toujours payé par l’équipe. En même temps, cela me traverse déjà la tête », a admis Aegerter.

Plutôt que d’apporter toutes ses économies pour être payé, Dominique Aegerter a donc choisi de renoncer à son salaire.

Il refait les comptes et déclare : « on avait besoin de 1.2 millions d’euros et on devait apporter 600.000 euros. La moitié de cette somme a été amenée par des sponsors suisses qui m’ont toujours soutenu. On continue à travailler. On rogne partout pour faire des économies. On fera moins de tests, les mécaniciens dormiront dans le camion. On reste en contact avec KTM. Jour après jour, on approche du but ».

Et il y a aussi le crowdfunding, alimenté par les fans : « c’est une grande aide, je remercie tout le monde. Mon manager Robert Siegrist et mon frère Kevin s’occupent de ça. Je suis bien entouré ». Ce qui console après avoir cru en un David Pickworth qui avait promis de racheter le team Kiefer avec des investisseurs russes et qui s’est révélé peu recommandable au final.