Le monde des Grands Prix est impitoyable. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, vous pouvez passer de héros à zéro. Une amplitude vécue par Sam Lowes qui avait le vent en poupe avant de s’envoler vers une campagne d’outre-mer où il a subi une rafale de chutes. Depuis, il cherche son second souffle.

On l’attendait comme le grand animateur de cette fin de saison de Moto2 avec une possible remontée vers le haut du classement général que sa dernière victoire en Aragon laissait présager. Mais il a au contraire joué les abonnés absents, laissant le soin à Tom Lüthi de nous maintenir en haleine.

Une déception d’autant plus marquée que ses trois Grands Prix outre-mer ont été autant de désastre. Trois abandons, aucun point marqué et un retour en Europe avec le statut peu glorieux du pilote qui a chuté le plus souvent cette saison toute catégorie confondue. Sam Lowes en regrette pas moins de 30 contre 24 à Jack Miller en MotoGP ou encore 26 à Rodrigo en Moto3.

Voilà pour le futur pilote Aprilia en MotoGP qui s’attire le regard critique de son patron Gresini. De quoi avoir le spleen : « ça n’a pas tourné comme j’aurais voulu » regrette le frère jumeau d’Alex sur crash.net. Un Sam Lowes qui avoue ne pas s’être remis correctement de sa désillusion à domicile, lors d’un Grand Prix à Silverstone où il a eu maille à partir avec le désormais double titre Johann Zarco : « je ne pensais pas que cela m’aurait affecté. J’ai chuté à Misano parce que cette situation avec Zarco m’avait rendu nerveux ».

« C’était une situation étrange car je n’ai rien contre lui. Je pense que c’est un pilote bien. J’étais juste très déçu. J’ai mis beaucoup de cœur dans cette course à Silverstone. Je pensais avoir fait jusque-là un travail parfait, et c’était le cas. J’étais encore sur ça lorsque je suis allé à Misano ».

Certes, mais il y a eu ensuite le succès en Aragon : « là j’étais bien et je me suis dit que les choses allaient enfin tourner comme il faut. Au Japon, j’étais à la lutte avec Zarco et j’ai pris une bosse avec l’avant et je suis tombé. Phillip Island a été un désastre avec un choc à la tête dès la première séance et une chute assez violente au warm-up et il a fallu refaire la moto ».

« Tout ça est très frustrant et on s’attire les remarques de certaines personnes qui ont rappelé que je chutais beaucoup. Je suis au courant merci. Je suis encore là, personne n’en est mort, ce n’est pas la fin du monde. Je ne serai pas Champion du Monde, mais je m’en doutais dès Silverstone ». Ce Grand Prix de Grande Bretagne, toujours…

Il termine : « certains ne sont pas contents mais j’ai gagné deux courses et j’ai fait six pole-positions cette saison. Je suis un pilote rapide. Je pense que je peux être utile à Aprilia en MotoGP et je ferai équipe avec Aleix Espargaró. Je démontrerai que ce que l’on dit sur moi est faux. C’est le genre de chose qui m’a toujours motivé dans ma carrière et ce sera encore plus fort pour l’an prochain. Les gens qui me critiquent disent des choses que je sais déjà et je ne suis pas de leur monde ». Dans quelques jours à Valence, Sam Lowes aura de la monnaie à rendre.

Tous les articles sur : Sam Lowes