De retour dans la catégorie Moto2 en 2018 après une campagne de MotoGP avec Aprilia, l’Anglais est impatient de rappeler au paddock ses talents tout en commençant son combat pour un deuxième titre mondial, après celui acquis en 2013 en Supersport avec Yamaha.

Des preuves récentes suggèrent qu’il a les outils à sa disposition pour aller jusqu’à atteindre son objectif. L’équipe Swiss Innovative Investors, équipée d’un châssis KTM, a profité d’une récente séance de trois jours à Jerez pour réaliser le meilleur temps et un rythme de course que seuls Francesco Bagnaia et Alex Marquez pouvaient égaler.

Notre ami Neil Morrison a pu interviewer le pilote britannique pour le site Crash.net

Quelles ont été les premières impressions sur cette moto quand vous l’avez enfourchée l’année dernière ? Vous vous êtes immédiatement senti à l’aise ?

« Oui, je me suis senti très à l’aise. J’ai évidemment beaucoup peiné l’année dernière avec le feeling sur le train avant en phase finale. Il m’a donc fallu du temps pour le trouver, même cette année. Nous avons dû trouver un moyen qui me convenait, et nous l’avons maintenant trouvé. En relâchant le frein, cela semblait juste encore un peu haut. Et puis avec ce test, nous avons fait un grand pas concernant cela et je me sens vraiment bien sur l’avant. Je peux freiner et rentrer (dans le virage). J’ai l’impression d’être dans la bonne direction. J’ai l’impression que la moto est mienne. À la fin de l’année dernière, quand je suis arrivé, je me sentais bien. C’était génial dès le début, mais ça ne ressemblait pas à ma moto. J’ai fait mon premier tour en 1m 43s. Tout allait bien. Mais il a fallu l’année dernière et une partie de cette année pour retrouver ce sentiment. A Valence, la semaine dernière, j’avais encore ce sentiment, puis nous avons continué. Donc c’était bien. De plus, KTM doit tester beaucoup de choses parce que j’ai eu l’expérience de Speed ​​Up et de Kalex. Ils m’en ont beaucoup donné cet hiver, comparé à mon coéquipier qui n’avait rien. J’en avais beaucoup, ce qui est bien, pas de problème, mais cela signifie simplement que je reçois beaucoup d’informations dont j’aurai parfois besoin cette année. »

Vous devez apprécier que KTM estime vos commentaires.

« Même quand j’ai signé à la fin de l’année dernière, les gens de KTM et de l’équipe ont été très gentils avec moi. Maintenant que je suis revenu, ça continue et j’aime ça. Ils me respectent. C’est tout ce que vous demandez, surtout si vous n’avez pas souvent eu ça. Cela vous fait vous sentir bien d’être dans le box, vous vous sentez bien et comme vous pouvez le voir, je me sens bien ».

L’équipe a un nouveau nom et un nouveau châssis, mais c’est essentiellement l’équipe de Thomas Luthi de ces dernières années …

« Evidemment, son chef d’équipe [Gilles Bigot] l’a accompagné et nous avons de nouvelles personnes, des mécaniciens et d’autres choses. L’équipe a gagné beaucoup de courses. Ils ont une bonne attitude. Ils sont tous très jeunes. Ils sont pleinement motivés. Parfois l’année dernière, [Je demandais à quelqu’un de l’équipe] “Comment ça va?”… “Merde.”
“Comment était le voyage ?”… “Merde.”
“Comment était l’hôtel? “… “Merde.”
Tu vois ce que je veux dire ? Mais les gars ici sont comme “Super! La première course est la semaine prochaine !”
Tu sais comment je suis. Je suis comme ça de toute façon. Et quand les gens ne sont pas comme ça, on se dit :”Bordel d’enfer.”
L’ambiance est vraiment bonne. Je comprends pourquoi ils ont fait du bon travail dans le passé et qu’ils ont obtenu de bons résultats. Mon coéquipier [Iker Lecuona] fonctionne bien, ce qui est également important ».

Les changements que vous faites sont-ils conformes à ce que fait l’équipe KTM “officielle” ?

« Je ne sais pas. Jusqu’à présent, nous avons donné beaucoup d’informations et nous n’avons reçu aucun retour, alors je ne sais pas vraiment où ils en sont, avec quoi que ce soit. Nous avons tellement de choses. Nous avons un soutien total. Tout ce que je veux, je peux l’avoir. Donc, peu importe où ils en sont. Je pense que nous avons tout testé pour savoir ce que nous avons, et nous savons ce que nous pouvons améliorer ».

Comment travaillez-vous avec le châssis tubulaire en acier ?

« Les changements à l’arrière de la moto me semblent tout à fait normaux, mais à l’avant, je les ressens beaucoup. Un petit changement peut me donner beaucoup de feeling. C’est pourquoi nous avons testé tant de choses. C’est pourquoi il nous a fallu du temps pour arriver là où nous en sommes, mais maintenant nous y sommes. On est dans la bonne voie. A l’arrière, on ressent comme sur une moto normale. Ça pourrait être la même chose. Mais l’avant, la façon dont ça marche, le moindre changement, et vous pouvez en comprendre beaucoup plus ».

Après votre expérience en MotoGP, avez-vous changé votre style de pilotage ?

« J’ai beaucoup changé mon style de pilotage pour être beaucoup plus fluide mais il me reste encore du chemin. Mais je vais essayer d’être un peu coulé. Quand un gars de l’équipe sort et regarde, il dit qu’il ne s’attendait pas à ce que je ressemble à ça. Il dit : « tu as l’air de ne même pas attaquer ». Je glisse encore beaucoup mais c’est la Moto2, n’est-ce pas ? Surtout avec les pneus et tout le reste. Cette moto est très bonne avec les pneus ».

Franco Morbidelli et Thomas Luthi sont partis pour le MotoGP, mais le peloton de Moto2 cette année est solide. Qui considérez-vous comme vos principaux adversaires ?

« Pour moi, Bagnaia est le gars important. Marquez, je ne sais pas. Il sera là et il sera bon. Il marchera bien, mais j’ai juste l’impression que Bagnaia sera plus fort. Je pense que les deux KTM [Oliveira et Brad Binder] seront forts. Évidemment, j’ai la même moto qu’eux, alors vous êtes confiant dans cette situation. VDS est une bonne équipe. Mir sera à coup sûr fort au milieu de l’année. Marquez, Bagnaia, Marini pourraient être bons. Barbera et Baldassarri seront forts. Vierge sera fort. Je pourrais me tenir ici et nommer toute la grille. Je pense que beaucoup de gars  seront très rapides certains week-ends, et certains week-ends, non. Mais j’ai l’impression que le travail que nous avons accompli cet hiver me permettra d’être rapide partout, alors nous verrons. »

Photos et source : Crash.net