Il n’y a pas si longtemps, on craignait que l’uniformité ne gagne définitivement une catégorie Moto2 dévouée au châssis Kalex et aux suspensions Öhlins. L’annonce du renoncement de Suter a alimenté l’idée, puis le nom suisse est revenu chez Forward tandis que KTM était de plus en plus sollicité par les teams. On peut donc se rassurer, du moins pour un temps, sur la diversité de cette grille de départ, qui voit aussi les suspensions KYB se multiplier…

De ce côté-là, c’est encore raisonnable, mais le fait est là : Tech3 ne sera plus la seule structure faisant confiance au japonais Kayaba pour suspendre sa moto. Après la Mistral 610, c’est un autre châssis inédit sur lequel l’enseigne va devoir travailler : Speed Up. Dans cette aventure, un Français, du nom de Fabio Quartararo qui fera équipe avec Danny Kent.

A Valence, l’Anglais a terminé onzième ses tests et le tricolore dix-huitième. Un bilan que commente ainsi le patron Luca Boscoscuro : « ces essais étaient les premiers pour nous avec les suspensions KYB. C’est pour cette raison que nous avons effectué un gros travail de fond pour déterminer ce qu’il faut trouver de mieux pour notre moto. Pour le moment, nous ne sommes pas vraiment satisfaits. Mais ce n’est tout de même pas si mal car l’écart avec les quatre premiers n’est pas si énorme. A Jerez, on se concentrera encore avant tout sur ces suspensions ».

Il termine : « je suis heureux de mes pilotes car c’était difficile pour eux de trouver leurs sensations avec ces nouvelles suspensions. Ils ne sont pas non plus encore satisfaits. Mais ce n‘est pas si mal. Mon accord avec Kayaba est assuré à 99% ». On attendra donc Jerez pour savoir si les 100% seront atteints…