Le Grand Prix de France a été une nouvelle profonde déception pour l’usine KTM en Moto3. Les pilotes officiels Antonelli et Bendsneyder ont connu une nouvelle désillusion tandis que l’invité recruté de dernière minute Danny Kent a ramené les points de la dixième place. C’est le moment de faire le point avant le Grand Prix d’Italie et de déterminer exactement quel va être le statut du Britannique qui a déserté le Moto2. Un casse-tête pour le patron Aki Ajo.

Aki Ajo, il y a un an, avait moins de souci. En 2016, il menait la danse du Moto3 avec un Brad Binder au sommet de son art. Aujourd’hui, ses KTM officielles sont aux absentes des débats conduits par les Honda. Au passage, KTM a toujours eu du mal à assurer la succession de ses leaders en Moto3. Avant Brad Binder, il y avait eu Sandro Cortese, Luis Salom, Jack Miller et Miguel Oliveira.

Avec un Antonelli, désigné leader mais seulement dix-septième au championnat avec onze point, et Bo Bendsnyeder qui entame sa seconde campagne à la tête de douze malheureux points après cinq courses, ce n’est rien de dire que rien ne va plus chez les officiels KTM en Moto3. Alors il faut penser à un plan B. Même si Aki Ajo l’assure : « je n’ai jamais cassé le contrat d’un pilote ».

Mais il y a un début à tout. Et il y a Danny Kent dans les murs : « il n’y a rien de déterminer concernant Danny Kent » commente Ajo. « Pour l’instant, il est là pour donner des informations sur la moto, faire des bons chronos et nous aider à développer notre machine. Ce qui se passerait pas la suite n’a pas été encore décidé. Il devrait faire d’autres essais, mais on n’a rien prévu sur le moment et le lieu ».

Le Finlandais termine : « bien sûr, je vais parler à mes partenaires sur la façon de procéder avec Danny et ce qui est encore possible de faire cette saison ». Une saison qui ne peut se poursuivre ainsi pour les Champion du Monde KTM. Danny Kent est âgé de 23 ans et il a été Champion du Monde 2015 en Moto3 sur la Honda Leopard après avoir fait ses armes au sein du team Ajo.