Brno, 19 août, 9 heures du matin: quand les Moto3 s’élancent pour le première séance d’essais libres du week-end tchèque, on remarque tout de suite que la moto #6 arbore un immense point d’interrogation, sans le moindre sponsor.

Il s’agit de la Ktm du team MH6 pilotée par Maria Herrera, la seule femme au milieu des 112 pilotes masculins que compte la MotoGP.

Nous avions déjà tiré la sonnette d’alarme en début de saison, car la jeune espagnole le mérite.

Quatrième du CEV en 2013 au sein du Junior Team Estrella Galicia, elle rempile l’année suivante dans la même équipe et se permettra même de battre à Jerez son Fabio Quartararo de coéquipier.
En 2015, après 4 wildcards, elle intègre le mondial à temps complet, au sein du team Laglisse.

Hélas, cette année, la structure espagnole et la pilote de tout juste 20 ans se séparent après seulement 4 courses, ne laissant plus d’autre choix au père de cette dernière qu’à créer sa propre écurie, le MH6, avec la bienveillance de la Dorna. Mais la course coûte cher, très cher, et les sponsors n’affleurent toujours pas sur le carénage de la Ktm, malgré les trois places dans les points déjà obtenues cette année, en Argentine, aux Pays-Bas et en Autriche.

Le point d’interrogation apparu à Brno est donc l’ultime signe d’un avenir très incertain, une sorte d’appel désespéré pour continuer à vivre sa passion alors que les résultats commencent à être consistants. Silverstone, oui, Misano et Aragon, sans doute, mais après? On sait que la tournée asiatique est très onéreuse en frais de logistique…

Marc Marquez lui-même à déclaré: “Si Maria ne mérite pas qu’on l’aide, alors personne ne le mérite.”

Nous avions rencontré Maria et son papa dans des moments difficiles, et avions été aussi surpris que charmés de constater la simplicité et bon esprit qui les animaient.

Certes, la compétition est un monde cruel et sans pitié, mais nous souhaitons sincèrement qu’une solution soit trouvée pour que l’on puisse encore observer son charmant sourire et lui laisser le temps de se hisser au niveau des tout meilleurs, au milieu de 111 loups aux dents acérées…

6b

Tous les articles sur : Maria Herrera