Cette saison, dans la catégorie d’entrée des Grands Prix qu’est à présent le Moto3, le patron est déclaré. Il s’agit de Joan Mir. Le pilote Leopard qui était l’an passé l’équipier de Fabio Quartararo, éclate au grand jour. Un fauteuil de leader confortable avec 64 points d’avance sur Romano Fenati et déjà sept succès qui fait passer le précédent parcours pourtant brillant de Brad Binder comme banal. Le Sud-Africain avait concrétisé à cinq reprises. Il reste encore six courses. Si bien que l’Espagnol, de 19 ans peut réaliser cet exploit : faire mieux que le jeune Valentino Rossi de 1997.

C’est un record qui tient toujours mais qui vacille cette saison sous le coup de boutoir d’un Joan Mir haut en couleur.  Il s’agit des 11 réalisations du jeune Valentino Rossi en 1997 qui écrasait la 125cc d’alors. Le prochain pensionnaire du Marc VDS Racing en Moto2 millésime 2018 en est à sept. Et comme il reste six occasions, le record est à portée de main.

Mais Joan Mir tempère : « Rossi, c’est la référence pour tous les pilotes et approcher ses résultats est déjà quelque chose. C’est un honneur car c’est mon idole. Mais nous avons à présent un avantage de pratiquement trois courses au championnat. On va donc essayer avant tout de marquer des points à chaque course. Mon but n’est pas d’être titré dès Aragon. Je ne pense pas à ça. On va faire pour le mieux. On sait que sur certaines pistes, des pilotes vont se montrer et qu’ils seront en mesure de l’emporter ».

Cependant, l’opportunité existe. Et Joan Mir compte trois victoires consécutives… Dans deux semaines, ce sera Silverstone. Il y avait fini neuvième après s’être qualifié sixième l’an dernier.