Mufaddal A. Choonia est solide gaillard qui officie comme Chief Executive Officer au sein du Mahindra Racing. Une stature et un statut qui se sont dissous dans des larmes de joie à l’arrivée d’un Grand Prix des Pays-Bas historique pour la marque et la moto indiennes qui ont célébré à Assen leur toute première victoire en Grand Prix. Ceci grâce à un Francesco « Pecco » Bagnaia qui est bien le seul à savoir faire marcher la MGP3O.

Un véritable don si l’on compare son parcours à celui des autres pilotes équipés de la même moto. Il y a dix MGP3O engagées cette année en Moto3. La moitié de l’effectif a marqué des points. Suzuki et Darryn Binder compte quatre unités, Jorge Martin et John McPhee, ce dernier sur la machine estampillée Peugeot, en revendiquent dix et l’ensemble est classé au-delà de la vingtième place au championnat.

Une conjoncture qui fait passer Bagnaia pour un extra-terrestre. L’Italien, lui, est quatrième au général avec 79 points dont une victoire et des podiums au Qatar, Jerez et Mugello. Par quel miracle ? Le responsable indien explique sur GPOne : « Pecco a montré une fois encore combien il était talentueux avec notre moto. C’est un pilote avec lequel il est fantastique de travailler. Il est toujours très positif et charmant et nous sommes très heureux de partager cette première victoire avec lui. Je suis certain que cette première ne restera pas sans lendemain pour lui et pour Mahindra ».

Certes, mais quelle moto a-t-t-il ? Là, c’est la mauvaise surprise pour ses collègues évoluant sous la même bannière : « je peux vous affirmer de manière catégorique qu’il a exactement le même matériel que les autres pilotes de la marque. Mais il semble qu’il y a une combinaison de choses qui fait que ça fonctionne avec lui. Il est aussi avec un team Aspar très expérimenté qui tire le meilleur parti de la moto et du pilote. La MGP3O correspond bien au style de Pecco. Il freine tard et il a une grande vitesse de passage dans les courbes ce qui est le point fort de notre châssis. C4est ce qui lui a permis d’arracher la victoire à Assen ».

Mahindra est arrivé en Grand Prix en 2011 à la fin des 125cc, a poursuivi en Moto3 l’année suivante pour se structurer autour de l’entité Suter en 2013, moment de l’installation de la MGP3O. En 2014, Mahindra a conquis trois podiums, dont une seconde place au Sachsenring qui sera le terrain de la prochaine épreuve. Bagnaia sera donc à surveiller en Allemagne. 2015 a été la première saison avec Aspar avec un podium au Mans à la clé : « avant Pecco, nous avons vu la victoire de près avec Miguel Oliveira et Brad Binder par le passé » précise Choonia.

Certes, mais la Mahindra souffre d’un gros problème de boite de vitesses. Des soucis récurrents qui épargnent miraculeusement Bagnaia. Une nouvelle boite arrive et elle est espérée pour le Sachsenring après avoir été mise à l’épreuve avec succès par Albert Arenas dans le championnat espagnol de la spécialité. Une sortie sanctionnée par un podium. « Nous en sommes à présent à quatre podiums et nous avons prouvé que nous pouvions être dans le coup sur tous les types de tracé. De nouvelles pièces arrivent et l’équipe est remontée comme jamais. Le Sachsenring ressemble beaucoup à Assen. Qui peut prédire ce qui arrivera là-bas ? » Les Hindous sont prêts à jouer les durs.

Tous les articles sur : Francesco Bagnaia